Hervé Uzan (VMware) "HyperV ne nous dépasse pas d'un point de vue technologique"

Virtualisation pour postes de travail et smartphones constituent des relais de croissance possibles pour VMWare. Les revenus 2010 devraient croître de 35-40%.

JDN Solutions. Vous avez signé un partenariat dans la virtualisation mobile avec LG : s'agit-il pour vous d'un nouveau relais de croissance ?  

Hervé Uzan. Nous avons racheté il y a deux ans Trango, une société française qui développait alors des solutions de virtualisation pour smartphones. Depuis, la vingtaine de développeurs de Trango a rejoint nos équipes, au siège grenoblois de VMware, et renforcé notre effectif qui est aujourd'hui de 120 employés en France. La solution n'est pas encore disponible et le sera dans le courant de l'année prochaine. Cela fait en tout cas plaisir d'avoir des développeurs français travaillant sur un tel projet avec le soutien bien sûr des équipes américaines.

La virtualisation sur smartphones est un axe stratégique pour attaquer le segment end users et la virtualisation du poste de travail. Nous avons une stratégie de développement sur la virtualisation pour smartphones pour 2012-2013 afin d'améliorer la sécurité de ces terminaux mobiles. 

Concrètement, il sera possible avec cette solution de séparer sur un même terminal, dans deux environnements différents, les données professionnelles des données personnelles sur lesquelles il sera possible de basculer à chaud. Pour le moment, nous avons noué un partenariat avec LG mais des discussions sont en cours avec d'autres constructeurs. Pour ce qui est des systèmes d'exploitation, nous travaillons sur Android mais d'autres sont aussi à l'étude. 

VMware devrait réaliser une croissance de ses revenus comprise entre 35-40% pour 2010


Quels sont les ingrédients de votre stratégie Cloud et comment percevez-vous la montée en puissance de la concurrence, en particulier Microsoft HyperV ?  


Aujourd'hui, la position de VMware sur la virtualisation est forte avec 87% des applications virtualisées tournant sous nos solutions. Nous avons également d'autres atouts comme un haut niveau de satisfaction client et une capacité à répondre rapidement aux besoins des entreprises avec des solutions time to market, qui nous incitent à aller vers le Cloud Computing.

Nous considérons qu'il ne peut pas se faire de Cloud Computing sans une couche d'environnement virtualisé. C'est une des raisons pour lesquelles nous avons lancé cloud director, dans le but de permettre aux entreprises de fournir des services de Cloud. Nous avons aussi signé plusieurs partenariats avec des SSII comme Steria ou OBS et avec des constructeurs tel que Cisco.

Pour ce qui concerne HyperV, c'est une solution qui peut compter sur la grande capillarité du réseau de partenaires de Microsoft et qui ne peut qu'être respecté pour cela. En revanche, je ne pense pas que d'un point de vue technologique il nous dépasse. Toutes les études du marché s'accordent à dire le contraire en fait. L'enjeu pour nous reste est en tout cas de développer notre réseau de partenaires et c'est pourquoi nous avons fait évoluer notre approche du marché.

Comment se caractérise votre nouvelle approche du marché ?

VMware France s'est engagé dans une phase de transformation qui commence à porter ses fruits. En France, l'activité a cru de 85% au premier semestre. Dans le monde, VMware devrait réaliser une croissance comprise entre 35-40% de son chiffre d'affaires à périmètre constant pour l'ensemble de l'année 2010. En ce qui concerne notre modèle de distribution, nous sommes toujours dans un modèle 100% indirect. C'est une force mais aussi une faiblesse car nos commerciaux sont peu en contact avec les clients finaux. Mais nous avons fait évoluer la situation.


Sans changer notre modèle de vente, nous avons embauché depuis un an un certain nombre de commerciaux grands comptes pour être à l'écoute de leurs besoins et leur apporter des conseils sur leurs projets. C'est important d'accompagner nos clients sur le terrain car cela peut favoriser l'accélération du passage de la virtualisation d'environnements de tests à des environnements de production. Et être au plus près de l'évolution de la demande en virtualisation du poste de travail constitue un relai de croissance fort après la demande en serveurs.

Hervé Uzan est directeur général France de VMware depuis mai dernier. Après un début de carrière en 1989 chez Apple Computer France, Hervé Uzan rejoint Compaq en 1995 pour occuper le poste de responsable de ventes grands comptes secteur public et transports au sein de Compaq Computer France. En 2000, il fonde et prend la direction générale de Rapideshop, plate-forme d'e-commerce en ASP pour PME. Il rejoint ensuite en 2001 Business Objects où il occupe successivement les postes de directeur Mid-Market France, puis Europe. En 2009, il intègre le comité de direction de SAP France où il prend les fonctions de directeur PME et Channel. Hervé Uzan est diplômé de l'Université de Technologie de Compiègne.  

Serveurs / Virtualisation