Thierry Vigier (DT, Société Générale) "Les échanges d'informations se font de plus en plus par des Web Services"

La refonte des sites de la banque est passée par la mise en place d'une architecture unique mixant logiciels libres et propriétaires, mais également des développements internes.

Quels sites englobe la refonte entamée par la Société Générale ?

Le projet concerne tous les marchés de la banque de détail, c'est-à-dire les particuliers, puis ensuite les entreprises et enfin les professionnels. La finalité de cette refonte est de se doter d'une architecture commune pour l'ensemble des marchés.

Elle prend naturellement en compte les éléments visibles pour l'internaute au travers d'une nouvelle ergonomie de site avec un système de navigation par onglets, l'ajout de fonctionnalités comme la messagerie, et l'évolution de la partie transactionnelle. La refonte couvre aussi les aspects liés au back-office, et principalement la gestion de contenu qui permet aux gens du marketing d'animer les sites au quotidien en publiant, entre autres, des articles, des fiches produit, guides pratiques et conseils

Quel travail a été réalisé sur la partie contenus ?

Il s'agissait d'une part importante du projet destinée à mettre en valeur un certain nombre de contenus dédiés aux produits et à du conseil à destination des clients Société Générale. La quasi-totalité des contenus a été élaborée spécialement pour le site afin de correspondre à la nouvelle organisation et à la saisie grâce au nouveau CMS

"Nous avons animé des mini sites durant trois mois avec nos webmasters"

Justement, pour le CMS, quel choix avez-vous fait ?

C'est Vignette qui a été retenu pour la nouvelle architecture, à la fois pour la partie CMS et la partie portail. Cette solution était déjà en place sur d'autres sites du groupe. Bien que dans des versions différentes, nous avions une bonne expérience en interne de Vignette.

Un travail de test a été mené durant un trimestre sur les aspects techniques et fonctionnels du CMS, avec la participation de la DSI et des collaborateurs de la  direction marketing de la banque à distance. Nous avons ainsi animé des mini sites durant trois mois avec nos webmasters afin de juger de l'ergonomie de l'outil. A terme, Vignette deviendra donc le CMS unique pour l'ensemble des sites Web.

Comment s'est organisée la migration sur le Web ?

Le catalogue produits et la partie transactionnelle, anciennement Logitel Net, étant auparavant sur deux sites distincts, il a fallu migrer vers une adresse unique. Cette démarche est passée par une phase d'alpha site entre fin octobre 2008 et fin janvier 2009. Pendant ces trois mois, les clients internautes ont été invités à se connecter à une nouvelle url pour découvrir la nouvelle interface.

Par le biais d'un formulaire, ils ont pu déposer leurs remarques et commentaires, que nous avons étudiés et, pour certains, pris en compte. Le lancement du nouveau site particuliers.societegenerale.fr a eu lieu de 20 janvier. Il a coexisté avec l'ancien site pendant une quinzaine de jours, la bascule complète étant effective depuis le 4 février dernier, non par une redirection automatique, mais via un message invitant les utilisateurs à modifier l'adresse dans leurs favoris.

Sur un plan exclusivement technique, quelles sont les principales évolutions introduites par la nouvelle architecture ?

Principalement le CMS. Côté technique nous avons aussi capitalisé sur les 10 ans d'expérience de Logitel Net et les nombreux outils développés en interne pour la surveillance et la métrologie. Sur cet aspect, la refonte a consisté également à uniformiser les logiciels pour disposer, avec le nouveau site, de tous les indicateurs nécessaires à la surveillance de la qualité de service : temps de réponse, taux de disponibilité...

"Pour les parties sensibles, nous faisons appel à des composants C, plus performants"

En quoi sont développées ces applications de contrôle de la performance ?

Essentiellement en Java, à 90%. Pour les parties sensibles, comme l'authentification, fonction sur laquelle converge plus de 2,5 millions de clients, nous faisons appel à des composants C, plus performants.

Comment se décompose l'infrastructure du site ?

Nous disposons de quatre serveurs frontaux - actifs/actifs - sous Linux Red Hat 5 avec répartition de charge, d'un serveur pour le CMS et d'un serveur de base de données Oracle 10G, les deux étant secourus. En matière de serveurs d'applications, nous avons fait le choix de WebLogic.

La particularité de cette nouvelle architecture, c'est véritablement d'avoir l'ensemble des serveurs frontaux en actif. Cela nous permet notamment de faire des mises en production sans interruption de service et d'avoir une marge en termes de capacité.

La plate-forme Web est-elle confiée à un hébergeur ?

Non, la Société Générale est historiquement son propre hébergeur. Les serveurs sont donc hébergés dans nos propres datacenters. Pour des raisons de disponibilité de service, l'architecture est redondée sur deux sites physiques.

Comment s'effectuent les différentes interconnexions entre le site et les autres briques du SI bancaire ?

Le CMS n'apporte pas à lui seul l'ensemble des informations accessibles depuis le site. De multiples systèmes produisent des données ou pages. De nombreuses données proviennent ainsi de la partie mainframe, c'est-à-dire de notre CRM Siebel.

Ces échanges d'informations avec le site Web se font de plus en plus par le biais de Web Services. Néanmoins, le temps réel n'est pas une nécessité pour l'ensemble des données.

Aussi nous faisons pour chaque fonctionnalité une analyse, notamment sous un angle performance/disponibilité, afin d'évaluer le besoin de mettre en place ou pas du temps réel. Nous ne nous interdisons pas de faire du batch avec stockage local si le besoin de temps réel n'est pas avéré.

"Jusqu'à présent, la messagerie était limitée à la seule partie transactionnelle Logitel Net"

Du fait du basculement vers une nouvelle URL et l'importance des contenus, le travail de référencement est a priori conséquent ?

Il est encore trop tôt pour évaluer l'impact en termes de référencement de cette migration vers un nouveau site et une nouvelle adresse. Quoi qu'il en soit, le marketing fait appel à des sociétés de conseil spécialisées dans le référencement pour ces problématiques. Le CMS répond également, via la présence de certaines données dédiées, aux besoins de référencement d'un site dans les moteurs de recherche.

Toujours en matière de moteur de recherche, quelle technologie utilisez-vous pour le moteur interne ?

Nous utilisons le moteur embarqué dans le CMS Vignette, à savoir Autonomy. Mais, nous avons essayé de concevoir une navigation la plus intuitive possible ce qui rend moins stratégique le moteur de recherche interne.

Quels changements avez-vous apporté à la partie messagerie ?

Jusqu'à présent, la messagerie était limitée à la seule partie transactionnelle Logitel Net. De plus, les messages ne circulaient que dans le sens banque client, afin de communiquer la mise à disposition d'un relevé de comptes par exemple. La relation est désormais bidirectionnelle.

L'accès à la messagerie se fait après authentification et permet au client de dialoguer avec son conseiller de clientèle. Comme tout service de webmail, l'utilisateur retrouve également l'historique de ses échanges ainsi que les dossiers qu'il a personnalisés. Sur un plan technique, la messagerie s'appuie notamment sur le CMS, mais aussi sur des développements spécifiques en Java. Un serveur de messagerie permet de router les messages directement vers les conseillers de clientèle choisis.

 

Thierry Vigier est directeur du projet de refonte des sites Internet à la Société Générale.

Serveurs / Webmaster

Annonces Google