CES 2015 : réussite flamboyante des start-up françaises, et après ?

La dernière édition du Consumer Electronics Show vient de fermer ses portes. Ce salon qui rassemble les entreprises les plus innovantes de l’électronique grand public mondial constitue pour tous les exposants un événement majeur.

Parmi les 900 entreprises présentes, 120 entreprises françaises, dont 66 start-up, un nombre record (seuls les Etats-Unis en avaient aligné davantage) – ont pu faire valoir leur talent.
La dernière édition du Consumer Electronics Show vient de fermer ses portes. Ce salon qui rassemble les entreprises les plus innovantes de l’électronique grand public mondial constitue pour tous les exposants un événement majeur, tant par sa couverture médiatique que par sa fréquentation : plus de 160 000 visiteurs cette année, pour 900 entreprises présentes. Parmi celles-ci, 120 entreprises françaises, dont 66 start-up, un nombre record (seuls les Etats-Unis en avaient aligné davantage) – ont pu faire valoir leur talent.
Neuilly Nouveaux Médias (NNM) se réjouit d’ailleurs de la présence, au sein de l’Europa Park, de l’une des start-up que nous accompagnons : Wistiki. Sélectionnée l’été dernier pour intégrer notre dispositif, cette jeune entreprise créée il y a tout juste un an a en effet été remarquée par les organisateurs du CES, qui leur ont demandé de participer à l’événement. Les frères Lussato, co-fondateurs de Wistiki, ont su intéresser les visiteurs et sont rentrés en France avec un carnet d’adresses bien rempli et de solides contacts pour un développement à l’international, qu’on leur souhaite aussi rapide que leurs débuts en France…
Le démarrage fulgurant de Wistiki en fait l’un des fleurons de notre programme, qui compte déjà un certain nombre de succès. Mentionnons notamment Shopmium, le service de coupons de réduction sur mobile lancé en 2011 dont les créateurs, moins de deux ans après sa création, ont déjà réalisé deux levées de fonds pour un montant de plus de 6 millions d’euros et s’attaquent désormais au marché américain.
Ces deux succès constituent pour nous la meilleure preuve de la validité du concept original de Neuilly Nouveaux Médias : assurer aux start-up un accompagnement individualisé au sein de grandes entreprises, qui leur fournissent locaux et conseils au quotidien. Un dispositif aujourd’hui validé par Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat au Numérique, qui annonçait à l’occasion de sa visite du CES 2015 sa volonté de créer un « éco-système d’innovation ouvert où grands groupes et start-up travailleraient ensemble ».
Son idée de « formaliser un cadre de référence sur la manière de collaborer avec les start-up » répond en partie aux problématiques que nous avions identifiées dès juin 2014 grâce à une étude réalisée pour NNM par Fabernovel et soutenue par CapDigital, qui mettait en lumière l’absolue nécessité des interactions entre grands groupes et jeunes pousses, et proposait des pistes pour améliorer ces apports mutuels.
Le message délivré par les start-up interrogées était clair : il faut multiplier les opportunités d’échange entre les différents acteurs en dehors d’une relation client/fournisseur pour mieux comprendre les problématiques de chacun et inscrire ces relations dans une stratégie long terme. Gageons que la Secrétaire d’Etat saura placer cet enjeu au cœur de sa Charte, véritable fil rouge pour l’An II de la « French Tech ».

Autour du même sujet