Livraison de repas : Deliveroo lève 100M$ et DoorDash 40M$

Les étoiles montantes de la livraison de repas à domicile lèvent des fonds à tour de bras pour s'imposer comme des leaders mondiaux.

Sur-saturé, le secteur de la livraison de repas à domicile continue de susciter les appétits des investisseurs. Le Britannique Deliveroo, qui avait levé 70 millions de dollars en juillet, vient de boucler un nouveau tour de table de 100 millions, mené par DST Global et Greenoaks Capital. Y participent également ses actionnaires existants : Accel, Index et Hummingbird. Au total, Deliveroo a donc levé environ 200 millions de dollars depuis sa création en 2013. Sa valorisation n'est pas connue, mais la start-up londonienne est déjà active dans 50 villes de 12 pays, notamment hors d'Europe à Hong Kong, Singapour, Melbourne, Sidney et Dubaï. Cette nouvelle levée va lui permettre de développer encore son expansion internationale.

Quant au Californien DoorDash, lancé à San Francisco en 2013, il est en train de boucler un tour de table de 40 millions de dollars, huit mois après avoir levé la même somme. Son actionnaire Sequoia Capital mènerait ce nouveau tour, qui porterait sa valorisation à 1 milliard de dollars. Comme Deliveroo, il envoie ses coursiers dans une sélection de restaurants récupérer puis livrer les repas commandés par ses utilisateurs. Si cette levée se confirme, il rejoindra Instacart et Blue Apron parmi les licornes de la foodtech valorisées plus d'un milliard.

En juin, Postmates avait lui-même levé 80 millions de dollars spécifiquement pour son activité de livraison de repas. Uber livre des déjeuners avec UberEats dans une douzaine de villes maintenant. Quant au belge Take Eat Easy et à l'allemand Foodora, soutenus par Rocket Internet, ils sont également en embuscade. Mais au-delà de la livraison de repas depuis les restaurants, il faut aussi compter sur de nombreux autres modèles. Par exemple ceux qui cuisinent les plats dans leurs propres cuisines avant de les livrer (Munchery, Spoon Rocket et Sprig aux Etats-Unis, FoodChéri et PopChef en France).

Côté investisseurs, il s'agit donc de parvenir à distinguer les futurs champions. Or les sorties sont déjà prometteuses. Yelp a ainsi racheté Eat24 en janvier et Square a acquis Fastbite en avril et Caviar l'an dernier. GrubHub, qui a fusionné en 2013 avec Seamless puis s'est introduit en bourse, vaut maintenant 2,2 milliards de dollars.

Rocket Internet