Jérôme Boucheron "Neuilly Nouveaux Médias veut développer les synergies entre start-up et grands groupes"

Jérôme Boucheron, président du programme qui héberge des start-up au sein de grands groupes, veut faire évoluer la "pépinière distribuée" vers un écosystème dans lequel les jeunes pousses peuvent accéder à de gros clients potentiels.

Jérôme Boucheron, président de Neuilly Nouveaux Médias et de Square. © Neuilly Nouveaux Médias

JDN. Incubateurs et pépinières sont pléthores à Paris. En quoi l'offre de Neuilly Nouveaux Médias se différencie-t-elle ?

Jérôme Boucheron. Quand l'association a été montée, en 2010, par le député-maire Jean-Christophe Fromentin, nous étions des précurseurs. Neuilly Nouveaux Médias réunit des grands groupes basés à Neuilly (et aujourd'hui également aux alentours) qui choisissent des start-up qu'ils hébergent gratuitement pendant 24 mois. Cette "pépinière distribuée" est intégralement gratuite. Je pense que les start-up qui se lancent ont trois priorités et que la première est d'avoir des bureaux. Cela leur offre une crédibilité, leur permet de recevoir de potentiels clients, des candidats au recrutement, pourquoi pas des VC… Nous répondons à cette problématique en offrant à nos protégées des locaux prestigieux. La seconde priorité est de trouver des clients. Si nous n'agissions pas historiquement sur ce point, nous essayons de le développer de plus en plus. Nous voulons que l'écosystème Neuilly Nouveaux Médias fonctionne et que les grands groupes deviennent des clients des start-up. La troisième priorité est le financement. Nous n'intervenons pas encore sur ce segment, mais la question se pose. Comment mettre nos protégés en relation avec les investisseurs ?

 

Avez-vous du mal à trouver de bons candidats, tandis que les offres d'incubation se multiplient ?

Non, on marche beaucoup au bouche à oreille. Quand on a quelques belles start-up qui font partie du réseau, on attire de nouvelles candidatures. Et la gratuité joue aussi : Wistiki, par exemple, qui a intégré les locaux du cabinet de conseil Square dans le cadre du programme, avait fait le tour des incubateurs de Paris avant de nous choisir [Jérôme Boucheron est également le fondateur président de Square, ndlr]

 

Quels sont les groupes participants ? Sur quels critères intègrent-ils l'association ?

Chanel, Clarins, Warner Bross parmi les membres

Il n'y a pas de critères particuliers. Nous avons élargi le périmètre de Neuilly et nous intégrons de nouveaux membres en permanence. Parmi les 20 groupes participants, Chanel, Clarins, JCDecaux, Warner Bross, UGC, GDF Suez, Deloitte…

 

Et du côté des start-up, quels types de candidatures attendez-vous ?

Notre périmètre est très large : toutes les start-up innovantes peuvent postuler. Nous demandons par contre à ce qu'elles aient déjà une structure créée. Chaque entreprise choisit quelle start-up elle veut accueillir.

 

Le programme se résume-t-il à prêter un espace dans les locaux du groupe ? Y'a-t-il des synergies possibles ?

A l'origine, le programme n'a pas été créé pour chercher des synergies. Aujourd'hui, c'est un aspect que l'on veut développer, mais plutôt au sein de l'écosystème global de Neuilly Nouveaux Médias qu'entre la start-up et le groupe qui l'héberge. Par exemple, Simplifield, solution mobile de reporting et d'analyse de terrain pour les entreprises, est actuellement hébergée chez Square mais elle n'a rien à voir avec son activité de cabinet de conseil. Cependant, elle pourrait être intéressée par des synergies avec Clarins ou Chanel : il est donc de ma responsabilité d'ouvrir à l'équipe les portes de ces grands groupes qui peuvent être de très bons clients. L'accès des start-up aux grands groupes est compliqué en France. Si on peut leur mettre le pied à l'étrier, ce sera très bénéfique. Nous voulons que l'intérêt de Neuilly Nouveaux Médias aille au-delà de l'hébergement gratuit et ouvre l'accès à de nombreux grands groupes.

 

Concrètement, organisez-vous des évènements pour permettre ces rencontres ?

On organise des déjeuners avec le maire, les hébergeurs et les start-up. Et puis nous essayons aussi de favoriser les connexions entre les start-uppers.

 

Quel bilan tirez-vous du programme depuis 2010 ? Quelles sont les plus belles réussites ?

23 alumni, 10 millions d'euros levés, deux rachats

23 start-up ont été hébergées depuis 2010 et elles ont levé plus de 10 millions d'euros depuis. Deux jeunes pousses ont été rachetées : Shopmium par l'américain Quotient et Wisemetrics, hébergé chez Warner, par Augure. Wistiki, qui commercialise un objet connecté pour ne plus perdre ses affaires,  a déjà bouclé plusieurs levées, compte deux présidents du CAC 40 à son board et a convaincu Philippe Starck de réaliser le design du nouveau produit. Les trois frères qui sont arrivés dans nos locaux de Square ont fini à 25 et ont même dû partir avant la fin des 24 mois d'hébergement…

 

Est-ce que la présence des start-up a un impact sur la stratégie des grands groupes ou leur organisation ?

Je pense que sans parler de changement radical, elle peut en effet pousser les grands groupes à insuffler plus d'innovation dans leur stratégie. Par exemple, M6 qui héberge la plateforme de location de salles de réunion Bird Office est très preneur de réunions sur la manière dont la start-up mène ses projets, sur sa vision en termes de stratégie digitale... Des connexions se créent et un intérêt émerge autour de l'environnement des jeunes pousses.

 

Outre le renforcement de l'écosystème Neuilly Nouveaux Médias, quels sont vos objectifs concernant l'avenir du programme ?

J'aimerais que 15 à 20 start-up soient hébergées en même temps dans des grands groupes du programme. Objectif : essayer de bouger les lignes en libérant de l''espace dans ces entreprises.

 

Jérôme Boucheron, 43 ans, diplômé de l'ESC Toulouse, est président fondateur de Square. Fondé en 2008 à Neuilly, Square est un cabinet de conseil en stratégie, organisation et management de plus de 400 consultants présent en France, Belgique, Luxembourg et Allemagne. Il est président de Neuilly Nouveaux Médias.

Hébergeurs