Ces start-up de Disrupt New York qui vont faire parler d'elles

Dropbox, Yammer, Zenefits… Ces start-up ont en commun d'avoir connu les lumières de Techcrunch Disrupt. Présent sur place, le JDN a déniché leurs possibles successeurs.

Chaque édition de Techcrunch Disrupt, l'événement organisé par le site tech US pour mettre en avant les meilleures initiatives en matière de disruption, permet d'apporter de la visibilité à des start-up très prometteuses. Dropbox, Yammer ou encore Zenefits ont ainsi bénéficié du coup de projecteur. L'édition new-yorkaise de 2016, à laquelle le JDN a assisté, ne fait pas exception. Voici nos coups de coeur. 

Beam Interactive va ringardiser Twitch

Beam est une plateforme qui surfe sur la popularité grimpante de l'e-sport et d'un marché qui selon Newzoo devrait peser près de 463 millions de dollars dès cette année. A l'image de Twitch, le service permet aux utilisateurs de regarder des joueurs confirmés en pleine performance et d'échanger avec eux.

Mais la plateforme, qui s'est lancée officiellement à l'occasion de Disrupt NY, veut aller beaucoup plus loin. Elle donne ainsi la main aux spectateurs qui peuvent devenir acteurs de la partie et contrôler, en temps réel, certains des éléments de l'environnement de jeux. Qu'il s'agisse de choisir les armes que le joueur devra utiliser, de prendre le contrôle d'un personnage secondaire ou lui choisir un adversaire, Beam veut donner une dimension participative au monde du gaming. Le tout avec un délai de latence quasi nul, à peine deux-dixième de seconde entre l'action du spectateur et sa réalisation dans le jeu, selon le PDG de la société, d'à peine 18 ans, Matt Salsamendi. Le tout financé par un savant mélange de publicité et de fonctionnalités freemium.

Avec un peu plus de 90 jours de beta derrière lui, le service a déjà séduit près de 100 000 utilisateurs pour un temps moyen de session hallucinant : trois heures par jour !

Jack veut casser les habitudes de la messagerie instantanée

A l'heure de l'instantanéité, l'application de messagerie Jack prend le contre-pied des Messenger, WhatsApp et Snapchat en permettant à ses utilisateurs d'envoyer des messages qui ne peuvent être ouverts… que quand ils le décident. Un délai qui peut prendre des heures comme des années !

La "waitlist" de Jack © Jack

Texte, image dynamique ou vidéo, le CEO Michel Tomboff et son équipe bruxelloise mettent l'accent sur l'expérience utilisateur pour redonner aux gens le plaisir d'attendre. "Qu'il s'agisse de s'envoyer à soi-même une photo prise en soirée pour ne l'ouvrir qu'un mois plus tard et se la remémorer avec nostalgie ou simplement de teaser auprès de ses amis une nouvelle d'importance, les usages sont très nombreux", nous explique-t-il.

Lancée sur les stores en octobre dernier, sans budget média, l'application attire aujourd'hui une audience relativement confidentielle… et des marques, du côté notamment de l'industrie du divertissement. "Nous discutons avec des producteurs de séries TV, des clubs de football ou encore des labels de musiques qui pourraient s'approprier notre outil pour teaser la vente de billets de concerts, événements sportifs ou la sortie d'un nouvel épisode", explique-t-il.

On imagine déjà un HBO envoyer, une semaine avant la sortie de l'épisode, une petite capsule vidéo de Game of Thrones qui ne pourrait être ouverte que quelques minutes avant la diffusion dudit épisode…. Jack ambitionne déjà d'ouvrir des bureaux aux Etats-Unis. Un collaborateur sera également recruté pour booster le marché français.

Scoutible met de la gamification dans la recherche d'emploi

Scoutible veut gamifier une recherche d'emploi qui ressemble bien souvent à un véritable chemin de croix. Côté chercheur d'emploi, où il n'est pas toujours évident de trouver des opportunités qui correspondent vraiment à ses aspirations, comme côté recruteur, où l'erreur de casting peut être fréquente.

Déjà 1,5 million de dollars de levés

La start-up, qui a levé près d'1,5 million de dollars auprès du célèbre business angel Mark Cuban, a mis au point une technologie qui lui permet d'identifier les talents et de les faire "matcher" avec l'emploi qui leur correspond à l'aide de jeux mobiles.

L'expérience de jeu lui permet en effet, grâce à la data science et la psychologie cognitive, de déterminer les compétences et traits de caractères des joueurs aspirant à un emploi. Ce qui lui permet de faire correspondre un champ d'application, professionnel cette fois-ci, approprié. Un jeu de survie sur une île déserte ou une course d'obstacles dans des environnements hostiles peut en apprendre long sur la psychologie du joueur, explique ainsi la PDG de Scoutible, Angela Antony.

Lumenus habille les cyclistes pour leurs balades nocturnes

Ceux qui se sont essayés à sortir leur vélo en ville, de nuit qui plus est, savent à quel point l'expérience peut s'avérer périlleuse. Pour eux, Lumenus, une start-up américaine, a imaginé des vêtements connectés pour permettre aux cyclistes de se déplacer en toute sécurité lorsque l'obscurité tombe.

Lumenus intègre ainsi des Leds aux vêtements qu'elle dessine. Des vêtements qui paraissent tout ce qu'il y a de plus normal la journée et se transforment en véritables feux de signalisation à la nuit tombée. "Tout le système est intégré au vêtement, vous ne verrez aucun câble ou ampoule Led", a tenu à rassurer l'un des cofondateurs de la société, Jeremy Wall, sur la scène du Start-up Battlefield.

Si le cycliste freine, le dos de sa veste fait ainsi clignoter du rouge. S'il tourne à droit, c'est son côté droit qui clignotera en vert, pour indiquer aux automobilistes derrière lui le sens de sa manœuvre. Après une première campagne Kickstarter réussie, la start-up s'apprêter à effectuer les premières livraisons, dès juin. Coût de la gamme : entre 150 et 450 dollars.

Messagerie instantanée