5 objets connectés de start-up croisées à Wearable Paris

Wearable Paris start-up La conférence a réuni start-up spécialisées et marques actives dans le domaine des objets connectés.

Créée il y a neuf mois par Gizworld et passée par Toronto, Tel Aviv, San Francisco et Los Angeles, la conférence Wearable Tech s'est tenue pour la première fois mardi à Paris. L'évènement entièrement dédié aux objets connectés que l'on peut porter (vêtements, lunettes, montres...) a réuni des acteurs du monde du sport, de la technologie et de la mode, ainsi que des start-up ayant investi le secteur. Voici quelques-unes d'entre elles.

 Omate : La start-up est à l'origine de plusieurs modèles de montres connectées destinées à mesurer l'activité des utilisateurs, mais aussi à leur envoyer des notifications (emails, messages...). Omate a notamment présenté un modèle dessiné pour les femmes, la Omate Lutetia, vendue pour 169 dollars.

 Sevenhugs : Sevenhugs a présenté son hugOne, un objet connecté destiné à la maison et relié à des capteurs multi-usages. Posés sous l'oreiller, ils analysent le sommeil des membres de la maison. Ils peuvent aussi mesurer la température, la qualité de l'air ou le taux d'humidité. Le device, qui n'est pas sans rappeler la Mother de Sen.se, sera présenté prochainement au CES de Las Vegas puis commercialisé sur le site de la start-up à partir de janvier.

 Cellnovo : La start-up est à l'origine d'un objet connecté destiné aux diabétiques, une petite pompe qui mesure leur niveau d'insuline et qui détecte aussi leur activité physique. Une application permet aux médecins d'avoir accès aux données de leurs patients ou aux parents de surveiller la santé de leur enfant.

 Breathometer : Le Breathometer est un éthylotest connecté qui permet à son utilisateur de connaître précisément et en quelques secondes son taux d'alcoolémie et le moment où il sera de nouveau sobre.

 Optinvent : Optinvent est à l'origine de lunettes connectées baptisées ORA. La campagne Kickstarter lancée en octobre dernier et proposant des kits développeurs a permis à la start-up de recueillir plus de 100 000 dollars. Les lunettes, sous Android, seront destinées à de multiples applications : sport, photographie, vidéo-conférence, logistique...

Julien Blin, organisateur de la conférence, a par ailleurs profité de la conférence pour annoncer le lancement le 1er décembre prochain de Crowdrocket, un "mélange entre un accélérateur et une plateforme de crowdfunding". Les premières campagnes verront le jour en janvier.

Autour du même sujet