TopRural : le tourisme "vert" à l'abri de la crise ?

Nouvel exemple de la bonne santé des sites de location de vacances entre particuliers. Présent bientôt dans neuf pays en Europe, TopRural affiche une croissance de 60 % en 2008.

Si de nombreux acteurs du tourisme, off comme online, commencent à souffrir de la dégradation économique mondiale, certains secteurs de niche arrivent à tirer leur épingle du jeu. C'est le cas des sites de mise en relation entre particuliers pour des locations de vacances. L'américain HomeAway, qui possède en France Abritel, vient d'annoncer une levée de fonds record de 250 millions de dollars (lire Levée record de 250 millions de dollars pour HomeAway, du 13/11/08). Mais ses concurrents européens plus petits se portent bien, à l'image de TopRural.com, spécialisé dans les vacances à la campagne.

Ce site propose surtout des gîtes et chambres d'hôtes. Au total, plus de 38 000 offres d'hébergement dans des régions rurales européennes sont cataloguées. En grande partie en Espagne, où le site a été créé en 2000 par le Belge François Derbaix. Et même si la société est présente au Portugal depuis 2003, en France depuis 2005 et en Italie et Belgique depuis l'année dernière, le marché espagnol représente toujours 85 % de son chiffre d'affaires. Pour 2008, elle prévoit une hausse de 60 % de son activité globale, à 3,5 millions d'euros.

Comme HomeAway, TopRural affiche donc une croissance enviable dans le secteur du tourisme et ne semble pas inquiet. "La crise a surtout touché les séjours longue distance et longue durée", explique François Derbaix. Or le tourisme "vert" attire à plus de 80 % des habitants d'un même pays pour des séjours souvent courts. Il s'adapte donc bien à une baisse des dépenses de vacances. Un constat partagé par MediaVacances, concurrent français de HomeAway, qui prévoit une croissance de près de 50 % de son chiffre d'affaires en 2008, à près d'1 million d'euros.

Les revenus de ces sites viennent essentiellement des abonnements payés par les propriétaires pour publier leurs annonces. TopRural diffuse également de la publicité, mais celle-ci ne représente qu'un pourcent de son chiffre d'affaires. Les abonnements peuvent être mensuels, trimestriels ou annuels. Ces derniers s'échelonnent entre 80 et 2 000 euros par an, en fonction notamment de leur mise en avant dans la page de résultats. Les propriétaires peuvent ajouter des photos et des vidéos, tout comme les clients. Le site donne aussi une part importante aux avis des vacanciers.

TopRural poursuit sa croissance avec l'ouverture prochaine de l'Autriche et des Pays-Bas début décembre. Des activités qui seront gérées depuis le siège de Madrid, comme les sept marchés actuels, où la société emploie 50 personnes. Les sites autrichiens et néerlandais bénéficieront d'une nouvelle version, qui sera ensuite déployée aux autres versions de TopRural.

TopRural : le tourisme "vert" à l'abri de la crise ?
TopRural : le tourisme "vert" à l'abri de la crise ?

Si de nombreux acteurs du tourisme, off comme online, commencent à souffrir de la dégradation économique mondiale, certains secteurs de niche arrivent à tirer leur épingle du jeu. C'est le cas des sites de mise en relation entre particuliers pour...