eBay parviendra-t-il à enrayer son déclin ? eBay place ses espoirs dans la revente et dans PayPal

Le 11 mars dernier, le PDG d'eBay annonçait que 2010 serait l'année de la remontée de la concurrence avant un rebond de la plate-forme en 2011, où elle devrait progresser plus vite que le marché. Pour réussir ce scénario, John Donahoe compte accélérer le repositionnement d'eBay vers la revente au détriment des enchères.

Ce marché de la revente, qui regroupe produits d'occasion et fins de stocks que les commerçants cherchent à écouler, représenterait selon lui un potentiel de 500 milliards de dollars dans le monde, online et offline confondus. Le patron d'eBay choisit en revanche de ne pas s'orienter vers la vente de produits neufs, une activité aujourd'hui dominée par son concurrent Amazon.

Selon Fabrice Grinda, ce repositionnement va incontestablement dans la bonne direction. Il relève en particulier deux points très positifs. D'une part l'attention portée à la place de marché, via l'amélioration du moteur de recherche et la poursuite de la baisse des tarifs de mise en vente. Et d'autre part l'accent mis par John Donahoe sur l'importance dans la stratégie d'eBay de PayPal, dont les revenus ont progressé de 11 % en 2008 à 623 millions de dollars (482 millions d'euros).

La société américaine attend en effet beaucoup de sa solution de paiement électronique, acquise en 2002. Estimant que son audience, contrairement à celle des enchères, se compose de tout le e-commerce, eBay table sur un doublement du chiffre d'affaires de sa filiale d'ici deux ans. Le volume de paiements par PayPal pourrait ainsi atteindre 120 milliards de dollars en 2011 (90 milliards d'euros). La filiale d'eBay vient par ailleurs de conclure un partenariat avec RIM pour être la solution de paiement électronique exclusive du Blackberry.

Mais si la nouvelle orientation fixée par John Donahoe est la bonne, elle aurait dû être entreprise il y a deux ou trois ans, juge Fabrice Grinda. "Car cela ne fait pas un an mais deux ou trois ans qu'eBay déçoit. Et en particulier, plutôt que de racheter Skype, eBay aurait dû s'occuper de sa communauté de vendeurs." Pour le spécialiste, il est par contre tout à fait hors de propos d'enterrer eBay, qui n'est que sur le déclin. "Même en accusant une croissance négative de - 5 % par an pendant plusieurs années, eBay peut très bien se reprendre". Et vient de prendre toutes les dispositions pour y parvenir.

L'inertie d'un pareil géant de l'e-commerce lui aura permis de subir bon nombre de déboires. Et même de se payer le luxe d'attendre avant de réagir. Il était sans doute temps de reprendre la barre.