eBay parviendra-t-il à enrayer son déclin ? eBay subit aussi le contre-coup de ses acquisitions

Pour Fabrice Grinda, d'autres facteurs expliquent les mauvaises performances actuelles de la plate-forme. "A commencer par plusieurs erreurs qui ont sans doute été commises. Mi-2006, par exemple, eBay lançait un programme de rachat de ses actions sur deux ans, pour un montant de 2 milliards de dollars. Depuis, le titre a beaucoup perdu. Ils ne pouvaient pas le savoir, mais ils auraient mieux fait d'attendre."

L'expert estime également que la société n'aurait jamais dû racheter le comparateur de prix Shopping.com, dont le métier est très différent de celui d'eBay. L'audience du comparateur lui donne d'ailleurs plutôt raison, chutant de près de 25 % en un an aux Etats-Unis. Shopping.com résiste plutôt mieux en France, où son audience progresse de 3 % sur la même période.

Deux récentes acquisitions d'eBay ont également alourdi ses comptes. Début octobre 2008, la société a racheté son concurrent danois DBA.dk pour 383 millions de dollars (283 millions d'euros), ainsi que le numéro deux des paiements sur Internet derrière PayPal, Bill Me Later, pour 945 millions de dollars (698 millions d'euros). "Les comptes d'eBay s'en sont évidemment ressentis. Mais ces deux rachats étaient certainement de très bonnes idées pour le long terme", estime Fabrice Grinda.

Quant à l'acquisition de Skype, que les analystes financiers n'ont jamais cessé de reprocher à eBay, John Donahoe a annoncé qu'il "arrêterait désormais de s'en excuser". Géré séparément, le service de téléphonie sur Internet ne fait d'ailleurs pas une mauvaise année 2008 : ses revenus progressent de 26 % à 145 millions de dollars (112 millions d'euros).