Jean-Michel Portier (CEO de Kantar Media) "Nous finalisons une acquisition pour effectuer une veille des liens sponsorisés"

Après avoir lancé Compete en France, le CEO de Kantar Media détaille ses axes de développement. Au programme : veille des médias sociaux, des liens sponsorisés, de la pub sur mobile et de la publicité vidéo.

JDN. En lançant Compete en France (voir notre interview à ce sujet), vous sortez de votre univers de clientèle traditionnelle, les médias, pour attaquer une nouvelle cible, les e-commerçants.

Jean-Michel Portier. Les frontières qui existaient entre les industries se sont diluées. Les différences entre une boutique et un média étaient clairement identifiées par le passé. Ce n'est plus le cas aujourd'hui et, sur Internet, le site est un endroit où se crée une conversation. Qu'il soit média ou marchand. Nous allons donc au-delà du paid media et que vous soyez une marque, une agence ou un média, nous vous aidons à optimiser votre présence sur le Web et à accroître le ROI de vos actions marketing. Pour lancer Compete en France, nous investirons plus de 3 millions d'euros pour proposer un panel de 175 000 internautes aujourd'hui. Sur ce produit, nous attendons un break even en moins de 18 mois.

Aux Etats-Unis, Compete propose également une offre "Ad Impact" permettant de mesurer l'efficacité de campagnes de display. Cette offre sera-t-elle disponible en France ?

Avec Compete nous offrons une gamme de service riche pour l'année 2012. Le lancement de Ad Impact n'est pas une priorité immédiate mais cette offre devrait être lancée à la fin 2012 ou au début 2013. Pour que les données soient pertinentes, nous devons disposer d'une taille de panel encore plus importante, près de deux fois plus importante qu'aujourd'hui. Cela viendra car nous continuons à accroître notre panel.

Quelle est votre stratégie pour le suivi des médias sociaux ? Kantar dispose d'une offre, celle de Cymfony, mais elle n'est pas disponible en France.

Nous avons souhaité développer une gamme pragmatique. Nous disposons déjà d'une offre qui vient compléter nos revues d'information et permet de couvrir les médias sociaux de manière élargie avec des tableaux de bord et un comptage. Ensuite vient l'offre de Cymfony qui est pour l'instant commercialisée depuis Londres. Elle offre des analyses approfondies du paysage des médias sociaux et de la manière dont les marques sont traitées. C'est plus approfondi et plus cher. Ce produit est donc pour l'instant réservé aux sociétés internationales et aux grands groupes. Nous croyons également beaucoup aux médias sociaux en Chine, c'est pour cela que nous avons réalisé une acquisition en janvier 2012.

Effectivement, vous avez racheté la société chinoise CIC, comment va-t-elle s'insérer à la gamme Kantar ?

CIC est une société établie à Shanghai et est leader de la veille des médias sociaux en Chine. Elle analyse la manière dont les consommateurs parlent des produits de luxe, de la mode. Près de 70% des internautes chinois se connectent sur un réseau social, ça bouge donc beaucoup et il n'y a pas d'analogie avec ce qu'il se passe aux US. Au-delà de la société, nous avons acheté une équipe multiculturelle dirigée par un Chinois et un Américain.

Quels sont vos axes de développement pour 2012 ?

Il y en a deux principaux : la veille des mots clés et liens sponsorisés d'un côté ; la publicité sur mobile de l'autre.

Concernant la veille sur les mots clés, nous sommes en train de finaliser une acquisition. Notre objectif est de pouvoir proposer une "pige" qui utilise la même nomenclature que les autres types de piges. Nous avons donc noué un partenariat avec une société spécialisée dans l'analyse du search et, si tout se passe bien, nous allons l'acquérir prochainement. Les données produites pourront être rapprochées de celles de Compete car notre ambition est, bien entendu, de rapprocher plus nos produits.

Pour la veille de la publicité sur mobile, nous allons lancer une offre avant cet été qui viendra compléter notre offre plurimédia. Mais nous nous posons encore des questions : quel est le chiffre d'affaires de pub sur mobile vraiment solvable ? Il y a déjà beaucoup à faire pour la compréhension des programmes online et nous ne souhaitons donc pas nous disperser trop sur le mobile.

La publicité vidéo semble, elle, plus solvable avec 60 millions d'investissements en France en 2011. Au moins pour Youtube...

Oui et c'est pour cela que nous avons lancé un programme aux Etats-Unis, Kantar Video. Il est basé sur une reconnaissance automatique de tags qui suppose une participation des acteurs pour diffuser ces tags. Nous avons beaucoup progressé sur les accords en ce sens. Cela va déboucher fin 2012 aux Etats-Unis puis débarquer progressivement en Europe. Nous mettrons clairement plus de moyens sur la publicité vidéo que sur la publicité sur mobile.

Diplômé de Polytechnique (1972), Jean-Michel Portier a été administrateur de l'Institut National de la Statistique de 1977 à 1987. Ensuite directeur Scientifique et Technique de la Sofres, il devient PDG de Secodip en France en 1992, poste qu'il occupe jusqu'en 2000. Il est en parallèle président d'Europanel de 1994 à 1998. Il devient Président de TNS Media Intelligence Monde, Groupe TNS, en 2000, avant de devenir CEO de TNS Media en 2008. Il a été nommé CEO de Kantar Media Monde (Groupe WPP) en 2010.

Autour du même sujet

"Nous finalisons une acquisition pour effectuer une veille des liens sponsorisés"
"Nous finalisons une acquisition pour effectuer une veille des liens sponsorisés"

JDN. En lançant Compete en France (voir notre interview à ce sujet ), vous sortez de votre univers de clientèle traditionnelle, les médias, pour attaquer une nouvelle cible, les e-commerçants. Jean-Michel Portier. Les frontières qui existaient...