Cinq conseils pour soigner les objets de ses e-mailings Attention à l'encodage du message

exemple d'un sujet de message déformé par un mauvais fromat de codage
Exemple d'un sujet de message déformé par un mauvais fromat de codage © DR

Il n'existe rien de pire qu'un e-mail dont certains caractères de l'objet (et du corps de texte) sont mal interprétés. Ces erreurs d'affichage de certains caractères, sont dues à un mauvais format de codage de caractères de l'e-mail. Il s'agit en général des caractères accentués ("é", "è", "ê", "ë", etc.), des symboles monétaires ("€", "£", "$", etc) ainsi que de certains signes de ponctuations disposant de variantes comme les guillemets qui peuvent être typographiques (« ») ou droits (" "). 

Cet aspect, souvent négligé par les agences et les annonceurs peut pourtant faire chuter le taux d'ouverture d'une campagne de plus de 60%. "La plupart du temps, ces messages aux caractères mal affichés sont considérés comme indésirables par les filtres antispam, prévient Bilel Besbes, directeur marketing et innovation d'Edatis. Et ceux qui passent cette barrière seront le plus souvent ignorés par les internautes, qui les considéreront comme des spams ayant réussi à déjouer les filtres." 

Mieux vaut donc s'assurer que le format de codage est le bon avant de procéder à l'envoi d'une campagne. Pour des internautes français le codage ISO peut suffire. Cependant le format UTF-8 (pour "Unicode transformation format 8 bits") tend à s'imposer car il est plus universel. Ce point est le plus souvent assuré par le routeur d'e-mail. "Dans tous les cas l'annonceur doit s'assurer que son prestataire s'engage à utiliser un codage lisible par tous les destinataires de la campagne", conseille Bilel Besbes.

E-Mail marketing