Que peut attendre Yahoo avec Carol Bartz à sa tête ?


Plus bâtisseuse que vendeuse, Carol Bartz n'a sans doute pas été choisie pour assurer la vente de Yahoo à Microsoft. Mais l'ombre de l'éditeur plane toujours sur le portail.

Sitôt nommé sitôt arrivée. A peine Carol Bartz était présentée officiellement comme le successeur de Jerry Yang à la tête de Yahoo qu'elle entrait déjà en fonction. Mais quel mandat lui ont donné les actionnaires de Yahoo ? Ceux-là même qui ont poussé Jerry Yang vers la sortie pour avoir refusé une offre de 47,5 milliards de dollars de Microsoft l'année dernière. Aujourd'hui Yahoo n'en vaut plus que 16,5. Et Steve Ballmer peut remercier Jerry Yang de s'être opposé à une opération qu'il aurait peut-être regretté aujourd'hui.

Si l'on s'en tient à son parcours, Carol Bartz est plus une bâtisseuse qu'une spécialiste des grandes opérations de rachat. En 14 années à la tête d'Autodesk, elle a fait passer le chiffre d'affaires de l'éditeur de 285 millions à 1,5 milliard de dollars, à coup de divesification et de rachats de sociétés de taille moyenne.

Ainsi, les observateurs n'analysent pas à travers son profil l'intention des actionnaires de Yahoo de revendre le portail. Cependant, les rumeurs concernant un partenariat technologique entre Yahoo et Microsoft refont surface, voire même d'un rachat du moteur de recherche du portail par l'éditeur.

Quoiqu'il en soit, l'arrivée de Carol Bartz a déjà fait une victime : Sue Decker. Chez Yahoo depuis huit ans, la numéro deux du portail candidate au poste de numéro un n'aura pas tardé à poster sa démission.

Annonces Google