MySpace va aussi réduire ses effectifs à l'international


Après avoir annoncé qu'il allait se séparer d'un salarié sur trois aux Etats-Unis, Myspace va se séparer des deux tiers de ses effectifs à l'international. La filiale française pourrait fermer.

Après les Etats-Unis, c'est au tour des activités internationales de MySpace d'être concernées par le plan de réorganisation de l'entreprise. La filiale de News Corp vient en effet d'annoncer qu'elle allait se séparer de 300 employés sur les 450 qu'elle compte en dehors des Etats-Unis.

A terme, MySpace devrait gérer son développement à l'étranger depuis trois filiales : celles de Londres, Berlin et Sydney. Par contre, la société précise qu'elle passera en revue ses bureaux en Argentine, au Brésil, au Canada, en France, en Inde, en Italie, au Mexique, en Russie, en Suède et en Espagne "dans l'optique d'une restructuration éventuelle". Par ailleurs, au moins  4 de ces filiales seront purement et simplement fermées.

Le sort de la filiale française n'est pas encore connu. Mais MySpace pourrait décider de piloter ses activités européennes exclusivement depuis Londres et Berlin, ce qui entraînerait sa fermeture. MySpace France est actuellement dirigée par Olivier Hascoat, ex-vice-président de la division Marketing mobile grand public de France Télécom. Les bureaux de la plate-forme vidéo en Chine et au Japon ne sont pas concernés par cette restructuration.

Selon le président-directeur général de MySpace, Owen Van Natta "quand nous avons passé en revue la société, il était clair qu'à l'international, tout comme aux États-Unis, les effectifs de MySpace étaient devenus trop importants et encombrants pour être viables dans la conjoncture actuelle du marché". MySpace avait déjà annoncé mi-juin se séparer de 420 salariés au Etats-Unis (lire l'article : Myspace se sépare d'un salarié sur trois aux Etats-Unis, du 17/06/09). Ses effectifs passeront après cette réorganisation à moins de 900 contre 1 600 aujourd'hui.

Annonces Google