Avec Android Q, Google tente de rattraper son retard sur la privacy

Avec Android Q, Google tente de rattraper son retard sur la privacy Lors de la dernière édition de Google I/O, l'entreprise a dévoilé la mise à jour à venir pour la prochaine version d'Android, où sécurité et protection de la vie privée sont mises au premier plan.

Nouvelle édition de Google I/O, nouvelle mouture d'Android. Cette année, il s'agit d'Android Q, qui sera disponible à l'automne et dont les principales fonctionnalités ont été largement présentées lors de la grand-messe annuelle de Google du 7 au 9 mai 2019. "Nous souhaitons faire en sorte que Google bénéficie à tous, ce qui implique notamment de garantir que nos produits soient sécurisés et respectent la vie privée des utilisateurs", a affirmé Sundar Pichai lors de la keynote d'ouverture. "C'est pourquoi, par le passé, nous avons mis en place des fonctionnalités comme le mode Incognito et Google Takeout, et nous continuons de travailler dans ce sens pour nous adapter aux attentes de nos clients, qui évoluent en permanence."

Le déploiement des patchs s'accélère

Android Q sera livré avec une foule de fonctionnalités visant à renforcer la sécurité des données utilisateurs et fournir à ces derniers des outils intuitifs pour protéger leur vie privée. Cela passe d'abord par un nouveau dispositif, baptisé Projet Mainline, qui va permettre à Google de déployer plus rapidement ses patchs de sécurité. Chaque mois, l'entreprise effectue une mise à jour dans ce domaine, mais celle-ci n'atteint pas immédiatement les utilisateurs. En effet, Google doit d'abord passer par les constructeurs de téléphone, ce qui peut parfois causer des délais importants. A contrario, sur iOS, les mises à jour sont immédiatement effectives sur tous les appareils d'Apple. Le projet Mainline vise à pallier cette faiblesse d'Android par rapport à son concurrent direct. Désormais, 14 modules différents du système d'exploitation, en lien avec la sécurité, pourront être mis à jour directement via le Google Play Store, permettant à Google de s'affranchir des intermédiaires et de corriger immédiatement toute faille sécuritaire aussitôt qu'elle sera repérée. Pour les téléphones Android n'ayant pas accès au Google Play Store (ce qui est le cas en Chine, par exemple), Google rendra les mises à jour accessibles en logiciel libre.

"Notre objectif est de procurer aux utilisateurs de meilleurs services avec moins de données, en nous appuyant sur nos progrès en IA"

Si cette nouvelle fonctionnalité restera globalement invisible pour la plupart des utilisateurs, elle devrait permettre à Google de mieux limiter les failles.

D'autres nouveautés, en revanche, seront directement perceptibles par les utilisateurs finaux. Android Q mettra entre les mains de ces derniers une interface simple, leur permettant de bloquer l'accès des applications qui ne sont pas en cours d'utilisation à leurs données de géolocalisation. Là encore, Google rattrape son retard sur Apple, qui propose déjà cette fonctionnalité depuis plusieurs années. En outre, chaque fois qu'une application utilisera la géolocalisation de l'utilisateur, une notification permettra à celui-ci d'en être averti. "La géolocalisation est très utile pour un certain nombre de services, mais il s'agit aussi de l'une des informations les plus personnelles qui soient, c'est pourquoi nous avons voulu donner à l'utilisateur la possibilité de facilement contrôler qui y a accès. Par exemple, si vous souhaitez vous faire livrer une pizza, vous avez l'option d'autoriser l'application de livraison à accéder à vos données de localisation jusqu'à ce que la commande soit livrée, après quoi l'accès sera automatiquement désactivé", a commenté Sundar Pichai.

Une problématique sur toutes les lèvres

Google va également intégrer un nouvel onglet "vie privée" dans les paramètres Android, permettant à l'utilisateur de contrôler facilement quelles applications ont accès à ses données personnelles. Enfin, Google mise également sur le traitement des données on-device, pour limiter la collecte et le transfert de données personnelles vers le cloud. "Notre objectif est de procurer aux utilisateurs de meilleurs services avec moins de données, en nous appuyant sur nos progrès en intelligence artificielle. C'est ce que nous nommons le federated learnin : au lieu de collecter les données brutes sur l'appareil de l'utilisateur, pour ensuite les transférer et les traiter dans le cloud, nous apportons l'apprentissage machine directement sur l'appareil. Les données sont ainsi traitées en local", a expliqué Sundar Pichai, ajoutant que ce système fonctionne déjà pour repérer de nouveaux mots utilisés et les ajouter au dictionnaire Google, afin que le logiciel d'autocorrection en tienne compte.

L'accent mis par Google sur la cybersécurité et la défense de la vie privée n'a pas vraiment de quoi surprendre, tant ces deux thèmes se trouvent actuellement au premier plan dans l'actualité des nouvelles technologies. Depuis le scandale Cambridge Analytica, révélé il y a un an, les affaires se sont multipliées. En septembre 2018, Google a avoué que des centaines d'entreprises tierces avaient pu accéder aux données Gmail des utilisateurs. En janvier dernier, le public a découvert que Facebook et Google avaient mis en place des programmes consistant à rémunérer des volontaires (dont certains mineurs de cryptomonnaies) pour espionner leurs activités sur leur téléphone, photos et conversations privées incluses. Face à cette situation, les autorités commencent à hausser le ton. Facebook est actuellement dans l'attente d'une amende qui doit lui être infligée par la Federal Trade Commission américaine pour violation de la vie privée des utilisateurs. Elle pourrait chiffrer jusqu'à cinq milliards de dollars. La candidate démocrate à la présidentielle Américaine Elizabeth Warren a carrément appelé à démanteler les Gafa.

Android à l'ère de la 5G

Dans ce contexte, les géants des nouvelles technologies ont tout intérêt à prendre les devants, à la fois pour rassurer le public et se prémunir contre de trop sévères sanctions. Apple a, depuis un an, largement axé sa communication autour de la protection de la vie privée des utilisateurs. Le terme privacy (ou vie privée) était sur toutes les lèvres lors de la conférence annuelle Facebook F8, qui s'est tenue les 30 avril et 1er mai derniers. À travers ces différentes fonctionnalités autour d'Android Q, Google montre à son tour qu'il a bien pris conscience de l'ampleur du problème. Le 7 mai dernier, jour de lancement de Google I/O, Sundar Pichai s'est également fendu d'une tribune parue dans le New York Times, où il expose la vision de son entreprise quant à la sécurité des données. Il y affirme notamment que la protection de la vie privée doit être accessible à tout le monde, et pas seulement à ceux qui ont les moyens d'acquérir des produits de luxe. Beaucoup y ont vu une pique adressée à Apple, dont le prix des téléphones ne cesse d'augmenter d'un modèle à l'autre. Il affirme également que la collecte des données utilisateurs doit se traduire par des services utiles pour ces derniers, citant l'assistant Google et Google Maps. Sundar Pichai a, enfin, appelé à davantage de régulations pour protéger les données personnelles.

Contrairement à Apple, dont les revenus viennent principalement de la vente de produits, Google fait son beurre grâce à la publicité ciblée, qui passe par l'exploitation des données. Tout comme Facebook, l'entreprise aura donc davantage de mal à convaincre le public qu'elle prend la vie privée très au sérieux, mais les diverses mises à jour Android constituent un premier pas. Outre les nouvelles fonctionnalités orientées cybersécurité, Android Q proposera également un"dark theme", visant à économiser la batterie, un impressionnant système de traduction instantanée sur fichiers audio et vidéo, un contrôle parental, et un mode "focus" permettant de couper les notifications. Enfin, cette nouvelle mouture prépare aussi le terrain pour la 5G. "Android Q est conçu pour supporter la 5G", a ainsi affirmé Sundar Pichai. Un partenariat avec le fabricant de processeurs Qualcomm a également été annoncé autour de cette technologie.

A lire aussi 

Avec Android Q, Google tente de rattraper son retard sur la privacy
Avec Android Q, Google tente de rattraper son retard sur la privacy

Nouvelle édition de Google I/O, nouvelle mouture d'Android. Cette année, il s'agit d'Android Q, qui sera disponible à l'automne et dont les principales fonctionnalités ont été largement présentées lors de la grand-messe annuelle de...