Comment Los Angeles a redynamisé son centre-ville déserté

Avant les JO 2028, Los Angeles se réinvente (1/4) — Face à ses rivales américaines New-York et San Francisco, Los Angeles réaménagé son centre-ville pour attirer les forces vives du pays et d’ailleurs.

A l'évocation de Broadway, tout le monde pense à New-York et sa célèbre rue traversant Manhattan. Pourtant, il existe une autre Broadway, plus méconnue et tout autant digne d’intérêt. Cette artère organise DTLA, Down-Town Los Angeles, le centre-ville de la cité des anges. Plus d’une dizaine de théâtres, la plupart construits dans les années 1920 et 1930, dans le style art déco, continue d’accueillir le public. Pendant la seconde moitié du vingtième siècle, le centre-ville et ses théâtres ont été désertés par des habitants préférant les quartiers peuplés de maisons individuelles, avec leurs jardins et barbecues, accessibles grâce au développement de l’automobile.

Renaissance en deux décennies

D’abord, un quartier d’affaires est sorti de terre, avec ses gratte-ciels, expression d’une verticalité nouvelle, pour une ville étendue sur plus de 1 200 kilomètres carrés ! Ensuite, il a été complété par un nouveau quartier, LA Live, dont la construction a démarré en 2005. A la place d’un quartier complétement délabré, une zone de divertissement propose aux habitants le complexe de la célèbre équipe de basket Lakers, une salle de spectacle de plus de 7 000 places, des bureaux de la chaîne de sport ESPN, et bien évidemment de nombreux bars, restaurants et hôtels.

Dès lors, au début des années 2010, la demande d’appartements dans le centre-ville explose. D’une part, des milliers d’appartements neufs sortent de terre pour trouver preneurs. D’autre part, des immeubles anciens sont rénovés en habitations et aussi en hôtels. Il faut signaler l’emblématique Ace Hotel qui se trouve en bas de Broadway, vers Olympic Avenue. En fait, en 1927, quatre artistes, dont Charlie Chaplin, décident de construire un immeuble pour héberger la société de distribution et de production, United Artists qu’ils ont créée, en 1919. L'amour de la fondatrice Mary Pickford, pour les sculptures et les flèches de pierre des châteaux et cathédrales espagnols, se retrouve sur la façade du bâtiment dans un style néo-gothique.

En 2014, un hôtel se niche au sein de cet écrin, grâce à l’apport financier du groupe hôtelier ACE. Les chambres reprennent un style Bauhaus modernisé et le toit-terrasse offre une vue imprenable sur le centre-ville. Il est possible d’admirer l’immeuble art déco de la Eastern Columbia. Cet édifice de 1930 offre une magnifique façade de carreaux de terre cuite turquoise, coiffée d’une tour de l’horloge, à quatre côtés, avec sur chacune l’inscription "Eastern".

La banque devient un hôtel

Ensuite, il est possible d’apercevoir un autre hôtel, le NoMad, prenant résidence dans le bâtiment historique de Giannini Place. Construit à l’origine dans les années 1920 pour abriter le siège de la Banque d’Italie, le plafond du hall à l’italienne doré et bleu a été entièrement restauré et sert toujours d’inspiration. Il faut surtout ne pas manquer les toilettes qui se situent au sous-sol, dans la salle des coffres. Il faut être un peu fou pour imaginer un lieu si unique ! Aujourd’hui, le NoMad allie le caractère néoclassique du monument, à une sensibilité au design californien contemporain. En tout cas, la transformation de deux édifices des premières décennies du vingtième siècle en hôtels se révèle une réussite et permet aux voyageurs de ressentir le dynamisme passé, trait d’union avec l’énergie actuelle que dégage Los Angeles.

La revitalisation du centre-ville de Los Angeles n’est certainement pas achevée. Elle est en cours, et la prochaine décennie verra sa transformation complétée. En tout cas, il ne faut pas se tromper… Le centre-ville sera un haut-lieu de la vie autour des Jeux Olympiques de 2028, et plus largement, Los Angeles retrouve le cœur de ville qui lui manquait. En plus, le réseau de transport métropolitain permet de connecter le centre-ville avec la plupart des 88 communes du comté de Los Angeles.

Lire les autres chroniques de cette série
Avant les JO 2028, Los Angeles se réinvente (2/4) — Contre la pollution, Los Angeles investit massivement dans son métro

Autour du même sujet

Comment Los Angeles a redynamisé son centre-ville déserté
Comment Los Angeles a redynamisé son centre-ville déserté

A l'évocation de Broadway, tout le monde pense à New-York et sa célèbre rue traversant Manhattan. Pourtant, il existe une autre Broadway, plus méconnue et tout autant digne d’intérêt. Cette artère organise DTLA, Down-Town Los Angeles, le centre...