Eiad Asbahi, l'homme qui fait trembler les sociétés cotées

Eiad Asbahi, l'homme qui fait trembler les sociétés cotées Son fonds d'investissement, le Prescience Investment Group, publie des rapports négatifs sur des entreprises qu'il vend à découvert.

Ce 26 juillet 2012, l'objet du mail interpelle : "Student Transportation – Emprunter à Pierre pour prêter à Paul". Envoyé à plusieurs journalistes financiers américains et canadiens, le message contient un rapport de 30 pages sur ce spécialiste du transport scolaire, le troisième plus important d'Amérique du Nord, avec une flotte de 475 000 autobus.

rapport prescience
Première page d'un rapport assassin sur les finances de Student Transportation. © JDN

"Student Transportation, coté au NASDAQ et au Toronto Stock Exchange, mène une stratégie commerciale et financière défectueuse", commence le message, avant de dénoncer pêle-mêle des acquisitions lucratives "pour les banquiers et la direction" mais pas pour les actionnaires ou encore la nécessité constante de lever des fonds pour s'acquitter de ses dividendes. Avant de conclure : la véritable valeur de l'action se situe à 2 dollars, soit 70% au-dessous de son prix.

L'expéditeur de ce mail assassin ? Prescience Investment Group, fonds d'investissement qui a rédigé ce document... avec une idée bien précise en tête, comme le révèle la dernière page. En fait, une exonération de responsabilité.

Car Prescience Investment Group l'admet : le fonds vend ses actions à découvert, un mécanisme qui lui permet de profiter de toute baisse du titre. En l'occurrence, l'opération Student Transportation est un succès. Dans les jours qui suivent, l'action s'effondre de 17%. Jackpot.

Prescience est coutumier du fait. Basé à Bâton-Rouge en Louisiane, bien loin de l'activité frénétique de Wall Street, il ne compte que deux gestionnaires, dont le fondateur, Eiad Asbahi. C'est lui en personne qui a envoyé l'email.

Après quatre années passées dans un fonds d'investissement à New York, cet analyste financier d'origine syrienne retourne en 2009 en Louisiane, où il a mené ses études, pour y créer son propre fonds. "J'adore Bâton-Rouge, clame-t-il en 2011 à Business Report.com. Je fais des choses ici que je serais incapable de faire à Manhattan."

En mai 2011, Eiad Asbahi et sa firme dénoncent les pratiques frauduleuses, dont la falsification de documents, de la société chinoise Advanced Battery Technologies

Dans l'hebdomadaire DIG Baton Rouge Uncovered cette fois, Asbahi décrit sa méthode, la marque de fabrique de Prescience Investment : "Beaucoup d'investisseurs s'appuient simplement sur les états financiers que les entreprises cotées en bourse soumettent à la Securities and Exchanges Commission, les estimant fiables et factuels. Nous les remettons en cause, sans cesse".

Dès mai 2011, Eiad Asbahi et sa firme acquièrent une certaine renommée. A l'époque, ils dénoncent dans un rapport les pratiques frauduleuses, dont la falsification de documents, de la société chinoise Advanced Battery Technologies, qui produit des batteries à base de lithium et des scooters électriques. Les accusations sont suffisamment graves pour que le NASDAQ radie la société de sa cote. Là encore, Prescience Investment Group vend les actions à découvert. Une vingtaine de jours plus tard, le titre aura baissé de 65%.

En décembre 2011, c'est au tour du producteur d'aliments pour animaux Yongye International de s'attirer les foudres de Prescience Investment Group. L'entreprise, chinoise également, est accusée d'avoir surévalué des profits. L'action baisse de 3%. Evidemment, le fonds vend à découvert.

action student transportation presceince
Le rapport de Prescience a eu un effet immédiat sur l'action Student Transportation. © JDN

Prescience Investment Group ne vise pas uniquement les entreprises de l'empire du Milieu. Plus récemment, le concepteur de logiciels The Active Network a vu son action perdre 43,4% de sa valeur, deux jours seulement après la publication d'un rapport de Prescience, le 31 octobre dernier. Est-il utile de préciser à nouveau que la firme vend à découvert ? (A noter que les rapports sont désormais réalisés par la filiale Prescience Point, créée par Eiad Asbahi et un associé en 2012 et basée à New York).

Alors, Prescience, justicier masqué de Wall Street (Eiad Asbahi se fait discret et, bien que joint au téléphone, a refusé de répondre à nos questions) ? Le problème, c'est que ses rapports ne sont pas uniquement contestés par les entreprises qu'ils visent.

Paul Tracy, analyste financier et cofondateur de StreetAuthority, l'un des plus grands éditeurs indépendants d'analyse financière, qualifie le rapport sur Student Transportation de "suspect" : "un examen plus approfondi suggère que bon nombre d'affirmations ne résistent pas, même à l'examen le plus superficiel", écrit-il.

"Bon nombre d'affirmations du rapport ne résistent pas, même à l'examen le plus superficiel"

Et de contester le choix d'indicateurs négatifs mais non révélateurs ou encore une prise en compte peu pertinente des dépréciations d'actifs. Tout en s'étonnant du timing : lors de la sortie du document accusateur, la prise de parole de Student Transportation était limitée. L'entreprise finalisait son rapport financier et, comme la loi le lui interdit, ne pouvait livrer d'informations financières à jour.

Le journaliste financier canadien Paul Durivage, qui a lui aussi reçu dans sa boite mail le rapport sur Student Transportation, n'hésite pas, quant à lui, à qualifier le fonds de "fossoyeur".

Fossoyeur peut-être, mais pas pour ses propres affaires. En 2011, Eiad Asbahi affirmait que Prescience Investment Group affichait un retour sur investissement de près de 50%. Une réussite orchestrée qui ne doit rien à la magie vodou des bayous de Bâton-Rouge.

Annonces Google