Le papier qui s'imprime et s'efface

Le papier qui s'imprime et s'efface © Xerox

Chaque salarié européen imprime en moyenne 30 pages par jour, selon une étude Lexmark de 2008. Du papier réutilisable permettrait donc de réaliser de confortables économies. Le "papier effaçable" de Xerox semble en ce sens plus prometteur. Il comprend des pigments sensibles à la luminosité : l'écriture disparaît après 16 à 24 heures. Un prototype d'imprimante a déjà été réalisé dans le centre de recherches du groupe, PARC (Palo Alto Research Center). En 2003, Toshiba avait lancé une imprimante ainsi qu'une machine appelée "e-blue", qui permettait d'effacer l'encre en chauffant la feuille. Vendue relativement chère (200 000 yens soit 1 690 euros), cette méthode nécessite de plus un papier spécial qui a nuit aux performances de l'invention.

Suggestions de contenus