Le rendement du blé sera dopé

Le blé verra son rendement dopé par la photosynthèse et souffrira moins de maladies. © Bruno Monginoux

La teneur de l'atmosphère en CO2, la pluviométrie et la température, principaux facteurs influents sur le rendement des cultures, seront modifiés de façon importante par le changement climatique. La hausse de la teneur en CO2 accélère par exemple la photosynthèse du blé, qui pourrait voir son rendement augmenter de 21 à 41 quintaux par hectare d'ici 30 ans dans certaines régions (soit une hausse de 40 à 80%), rapporte l'étude Climator. Le blé souffrira en outre moins de maladies : on s'attend à une baisse de nuisibilité de 15% en moyenne de la rouille brune, responsable d'importantes pertes chaque année. Autres bénéficiaires : les cultures fourragères, dont la production pourrait augmenter de 5 à 20% d'ici 2100 et le maïs, qui pourra être semé plus tôt.

Mais toutes les régions et les espèces ne bénéficieront pas de ce phénomène. Les forêts seront par exemple affectées, ce qui rendrait la production de bois problématique.

Suggestions de contenus