Louis Gallois (PSA Peugeot Citroën) : "Une librairie"

Louis Gallois, président du conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën. © www.imageenmarche.fr
JDN. Si vous deviez créer une entreprise, ce serait dans quel domaine ?
Louis Gallois. J'avais mon rêve, c'était de créer une librairie. Vous voyez, je suis un peu "archéo". J'aime beaucoup les livres et surtout les livres anciens. J'ai un regret dans ma vie – enfin, je ne sais pas si c'est un regret, en tout cas c'est une chose qui me manque – c'est de ne pas avoir dirigé une toute petite entreprise. Je pense que c'est beaucoup plus difficile, beaucoup plus contraignant, beaucoup plus prenant [que de diriger un grand groupe, NDLR]. Vous n'avez pas les supports que le patron d'une grande entreprise a. Vous faites tout vous-mêmes : vous êtes votre directeur du personnel, votre directeur financier, votre directeur juridique. J'aurais voulu me mettre ce défi sur le dos et j'avais pensé à une librairie. Mais je pense que maintenant, j'aurais plutôt envie de développer une entreprise liée au numérique.
Une librairie numérique, alors ?
Le problème d'une librairie numérique, c'est que vous avez Amazon en face de vous. Et vous ne rigolez pas, je peux vous le dire ! Je suis très impressionné par un certain nombre de gens qui se lancent dans des créations d'entreprise. En particulier, je suis avec intérêt deux jeunes élèves de l'Insa de Lyon qui sont en train de créer une entreprise dans le domaine des microsatellites. Ce sont des satellites de 10 kilos, qu'on envoie en grappe, avec des orbites en basse altitude, qui peuvent par l'effet de réseau que crée la grappe, permettre de suivre des containers sur des bateaux, faire des relevés météo, assurer parfois des couvertures de télécommunication dans des zones difficiles... Ces gens-là sont d'un dynamisme formidable et en plus leur idée est vraiment très bonne. Je les envie un petit peu de se lancer dans cette aventure-là. Ça m'aurait intéressé.
Suggestions de contenus