Les pistes d'aéroport devront être rallongées

quand l'air est plus chaud, il devient plus léger, ce qui diminue la portance de
Quand l'air est plus chaud, il devient plus léger, ce qui diminue la portance de l'avion. © Pavle - Fotolia.com

L'augmentation de la fréquence des pics de chaleur pourrait conduire les aéroports à envisager de sérieux travaux d'extension. Car la chaleur à de fâcheuses conséquences sur le décollage des avions. "Quand l'air est plus chaud, il devient plus léger, ce qui diminue la portance de l'avion", explique Sylvain Gaultier, ingénieur à l'Onera. "De plus, l'air moins dense amoindrit la puissance des moteurs". A 30°C, un Airbus A330 peut lever 220,5 tonnes sur une piste de 3 500 mètres, a calculé l'ingénieur, contre seulement 207,8 tonnes à 40°C. "Il faudrait rajouter 1 000 mètres de piste ou augmenter la vitesse de décollage de 1,5% pour lever le même poids", ajoute-t-il.

Les montants en jeu ne sont pas minces. A titre d'exemple, l'allongement de 380 mètres de la piste d'atterrissage de l'aéroport de Mayotte a été chiffré à 100 millions d'euros. A défaut, les avions devront limiter leur poids embarqué. La capacité d'un Boeing 747 à l'aéroport de Denver pourrait être réduite de 17% d'ici 2030, prévient un rapport du gouvernement américain.

Suggestions de contenus