L'asocial

L’asocial a tout à perdre. A lui d’en prendre conscience. © R.Salin / CCM Benchmark
Bien entendu, au bureau, chacun a le droit au respect de son intimité. S'il est conseillé de garder son jardin secret, il est nécessaire de faire preuve du minimum de sociabilité (saluer, prendre des nouvelles, complimenter, répondre aux questions, manger en groupe de temps en temps…). Il arrive que dans certaines entreprises, des salariés refusent de suivre ces règles de politesse élémentaire. Ce qui peut être pénible pour tous.
Mais la première victime de la situation est l'asocial en question. Privé d'échanges, il ne peut progresser et apprendre. Et ne risque donc pas d'être promu ou amener à plus interagir avec des clients extérieurs. Il faut donc absolument lui faire comprendre que changer d'attitude est avant tout dans son propre intérêt
Suggestions de contenus