Le faux surmené

En se déclarant surmené, il se grille lui-même. Dommage… © R.Salin / CCM Benchmark
"Je suis sous l'eau", "C'est fou la masse de travail que j'ai", "Je n'en verrai jamais le bout". Vous avez sans doute déjà croisé dans votre carrière un collègue se plaignant fréquemment de la surcharge de travail. Or, vous savez pertinemment, qu'il n'a pas plus de pain sur la planche que les autres (et lui même en est bien souvent conscient). Qu'espère-t-il avec ce comportement ? Passer pour un bosseur qui abat le boulot et qui mérite de la considération voire une promotion ? Peut-être. Mais il est peut-être plus prudent de le faire redescendre sur terre en lui disant que son surmenage est peut-être lié à une mauvaise organisation. Et que s'il ne sait pas faire face à son travail actuel, il sera difficile de lui confier de nouvelles missions. Généralement, ce type de remarques entraîne un changement flagrant de comportement.
Suggestions de contenus