La génération X s'invite dans le débat intergénérationnel

Comprendre le regard que porte la génération X dans le débat générationnel oblige à prendre en compte son histoire. Nous vous proposons de mieux situer dans le contexte actuel son positionnement et de pouvoir sur cette base identifier les enjeux et points de vigilance.

Comprendre le regard que porte la génération X dans le débat générationnel  oblige à prendre en compte son histoire. Nous vous proposons de mieux situer dans le contexte actuel son positionnement  et de pouvoir sur cette base identifier les enjeux et points de vigilance.
La situation de la Génération Y (1965 - 1970) s'apparente dans une famille à celui de l'enfant du milieu.  On a pas le statut de l'aîné et pas les privilèges accordés au plus jeune des enfants. Auparavant, il fallait porter les habits de l'aîné qui s'imposait de fait comme le modèle à suivre et prendre soin du dernier né. Une identité que ne se conçoit que dans la comparaison ou dans l'anonymat mais qui peut s'affirmer aussi dans le conflit ou la concurrence.
Cette situation est forcément mal vécue par la Génération X qui rencontre une certaine forme de difficulté dans l'entreprise à s'affirmer comme une génération à part entière, une génération qui compte dans le débat intergénérationnel.
Rappelons que  cette génération a été objectivement confrontée à des conditions de vie plus difficiles que celles de ses parents. En effet, elle a éprouvé d’énormes difficultés à intégrer le marché du travail, alors que ses membres étaient fortement scolarisés. Elle a dû apprendre la patience à travers la gestion prévisionnelle des emplois et des carrières. Puis elle a dû batailler pour avoir un salaire correct et bénéficier d’une évolution de carrière.
Cela explique pourquoi cette génération s'est forgée depuis son arrivée sur le marché du travail un esprit de compétition dans une société où l’individualisme est valorisé à travers le chacun pour soi et le besoin de se sécuriser à travers l’argent, le diplôme, la carrière. Cette génération a un fort niveau d’exigence vis-à-vis d’elle-même. Elle ne s’accorde guère le droit à l’erreur et se sent souvent victime des promesses non tenues.
Aujourd'hui, cette génération ressent ce même sentiment d'injustice (voire de jalousie) vis à vis des autres générations :

Les jeunes générations (Générations Y & Z)  parce qu’il n’y a pas de raison objective d'adapter pour eux les modes d'organisation et les normes alors que ces nouvelles recrues n'ont encore rien montré de leur valeurLes collègues plus âgés qui peuvent bénéficier d'une retraite anticipée, alors que la Génération X va devoir dans le même temps subir un allongement du temps de travail.

La génération X aspire à tirer le meilleur profit du renouvellement des effectifs avec le départ massif à la retraite des baby boomers et face à cet enjeu elle est prête à défendre ses intérêts en tant que génération.  A ce propos, elle se montre d’ailleurs parfois très virulente à l’égard des jeunes, qui sont considérés comme des enfants gâtés. Elle se montre critique vis à vis des plus anciens salariés trop soucieux à ses yeux de préserver ses statuts, acquis et conditions de vie au travail.

La Génération X craint que l'avenir ne soit pas pour elle aussi favorable qu'elle pouvait l'escompter et nul doute que les encadrants devront être attentifs à cette préoccupation s'ils veulent favoriser la collaboration intergénérationnelle. La génération X a un vécu qu’il s’agit de prendre en compte, au risque sinon de créer un clivage et des conflits d’intérêt

Annonces Google