Diversité générationnelle : une opportunité pour l’économie française

La coexistence des générations est une question plus stratégique que jamais pour les entreprises. Si la cohabitation générationnelle souffre de perceptions négatives, elle peut pourtant se révéler créatrice de valeur. A contrario, mal gérée, elle peut pénaliser la performance et la productivité.

    

"La nouvelle génération est épouvantable. J’aimerais tellement en faire partie", écrivait Oscar Wilde. Si ces mots de l’écrivain irlandais prouvent que la coexistence des générations n’est pas une question nouvelle, il est frappant d’observer que le débat public actuel n’aborde souvent la question de la diversité que sous le prisme du genre et de l’ethnicité. Il est pourtant une autre forme qui est désormais un enjeu stratégique majeur pour les entreprises : la diversité générationnelle.

 

Dans quelques années à peine, cinq générations seront amenées à coexister au sein d’une même entreprise. Ce phénomène va toucher les sociétés de toutes tailles et dans tous les secteurs de l’économie. Le débat tend le plus souvent à se concentrer sur les défis posés par l’arrivée massive des millennials dans l’entreprise ou sur la meilleure manière de traiter la question des seniors, dont le poids ne va cesser de croître du fait du vieillissement de la population et des mesures de report du départ à la retraite. Or, plutôt que de se concentrer sur l’une ou l’autre de ces générations, la clé ne serait-elle pas plutôt de créer d’abord les conditions d’une gestion harmonieuse des talents ?

 

Cette perspective, lorsqu’elle est identifiée, suscite néanmoins une forte appréhension tant la cohabitation générationnelle est fréquemment perçue comme conflictuelle. Comment concilier les désirs parfois contradictoires de générations aux aspirations différentes ? Voilà une des questions clés que se posent de nombreux dirigeants.

 

Deux tendances de fond contribuent par ailleurs à renforcer l’urgence et la prégnance du défi que représente la diversité générationnelle. Il y a tout d’abord la révolution digitale qui rompt certains équilibres traditionnels entre générations et tend à exacerber leurs différences. C’est une lame de fond qui rabat les cartes dans toutes les entreprises.

 

Parallèlement, il est indéniable que la période actuelle de croissance économique avive la concurrence pour attirer les talents. Dans ce contexte, et alors que les nouvelles générations expriment une quête de sens renforcée, les entreprises n’ont d’autre choix que de développer une identité forte et d’adopter des modes de fonctionnement favorisant la collaboration. A défaut, elles courent le risque de rompre le lien avec leurs employés et d’être victimes d’une saignée en termes de capital humain.

 

Au-delà des craintes que peut susciter l’ampleur de ces défis chez de nombreux dirigeants, il nous semble essentiel de rappeler que la diversité générationnelle est avant tout une opportunité de création de valeur. Correctement abordée et gérée, elle est un formidable générateur de performance économique. Ainsi, une enquête publiée en 2015 par l’Observatoire du management intergénérationnel montre qu’une coopération efficace entre générations accroît la satisfaction de tous (49%), modernise les méthodes de travail (65%), développe l’activité de l’entreprise par de nouveaux moyens (38%) et permet de mener des projets plus rapidement (34%).


Soyons néanmoins très clairs : il n’y a pas de recette miracle pour répondre au défi de la diversité générationnelle. C’est un sujet si complexe qu’il suppose de s’adapter à la situation spécifique de chaque entreprise et de comprendre, pour chacune, les équilibres mouvants entre générations. Cependant, nous sommes convaincus que les entreprises peuvent s’y préparer beaucoup mieux qu’elles ne le font aujourd’hui.


Les dirigeants doivent commencer par prendre conscience que pour rester compétitifs dans l’économie de demain, il est impératif de se saisir enfin pleinement du sujet de la diversité générationnelle. Pour relever ce défi avec succès, il est également crucial de s’inspirer d’initiatives, développées notamment à l’étranger, qui ont déjà fait leurs preuves. La gestion harmonieuse des générations deviendra alors un atout concurrentiel déterminant.


Marc-André Kamel associé chez Bain & Company et Mathieu Gelis, Directeur général de AmCham France ont participé à la rédaction de cette tribune.

Annonces Google