Je suis en mode

Grâce à cet article vous ne direz plus "je suis en mode Bernard Pivot". © JDN
A l'origine, l'expression indique la façon dont se fait telle ou telle chose. On la retrouve en musique dans les formules "en mode majeur" et "en mode mineur". Puis cette notion s'est étendue aux domaines informatiques et techniques, comme "en mode sans échec". Cette évolution est calquée sur l'anglais "to be in… mode" qui elle-même s'est répandue dans le langage courant : "to be in crisis mode, in attack mode". Et de fil en aiguille, nous nous sommes mis à être en mode vacances, en mode travail, en mode colère. Mais mieux vaut écrire être en vacances, au travail ou en colère. C'est plus simple et plus juste.
Suggestions de contenus