La vie en ville nous fait littéralement pleurer

Le traitement de nos émotions et du stress est affecté. © Adam Gregor - Fotolia.com
Mauvaise nouvelle pour les urbains. Plusieurs études indiquent que la population des villes a un taux plus élevé de maladies mentales que la population rurale. En effet, une étude menée en 2010 montre que les citadins ont 21% plus de risques de développer un désordre lié à l'anxiété et 39% plus de "chances" de développer de problèmes d'humeur que les habitants des zones rurales.
Pourquoi les habitants de la ville présentent des risques plus élevés de contracter une maladie mentale ? La réponse pourrait se trouver dans la manière dont leur cerveau gère le stress. Dans une étude de 2011, des chercheurs ont scanné des cerveaux de personnes vivant en zones urbaines et ont analysé une activité plus intense dans deux régions du cerveau : l'amygdale, impliqué dans le traitement des émotions, et le gyrus cingulaire, impliqué dans le traitement du stress.
Suggestions de contenus