Impôts locaux : les villes où ils ont le plus augmenté entre 2012 et 2017

Impôts locaux : les villes où ils ont le plus augmenté entre 2012 et 2017 Les taux de taxe d'habitation et de taxes foncières ont progressé dans près de la moitié des communes de plus de 50 000 habitants en cinq ans. Découvrez dans quelles proportions.

Comme tous les ans, la date limite de paiement étant fixée mi-octobre, la taxe foncière se rappelle au bon souvenir des redevables non mensualisés. Et à peine se sont-ils délestés de la somme due qu'arrive en novembre la date butoir pour le règlement de la taxe d'habitation. Mettre le sujet des impôts locaux sur le tapis à cette époque de l'année n'a donc rien d'un impair. Le moment paraît même plutôt bien choisi pour revenir sur leur évolution ces dernières années. Pour ce faire, le JDN a mesuré l'écart entre les taux d'imposition à la taxe d'habitation (TH) et les taux taxes foncières, sur le bâti (TFB) et le non-bâti (TFNB), votés par les communes en 2012 et en 2017.

Résultat : sur la période, les impôts locaux (taxe d'habitation et taxes foncières sur le bâti et le non-bâti) ont augmenté dans près de la moitié (49%) des villes de plus de 50 000 habitants. Toutes ne sont pas logées à la même enseigne. La somme des évolutions à la hausse de ces taux varie de +0,5 à +25 points. Des chiffres à relativiser, toutefois. D'abord parce que les taux d'imposition décidés par les collectivités ne sont pas les seuls éléments entrant en compte dans le calcul des impôts locaux. Leur montant est en effet obtenu d'après la valeur locative nette du bien immobilier au 1er janvier de l'année en cours (c'est-à-dire diminuée d'abattements), sur laquelle s'appliquent les taux en question. D'autre part parce que les fortes hausses constatées peuvent résulter d'un "rattrapage". Exemple avec la municipalité Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, qui s'arroge la 4e plus forte progression (+15 points) et qui, pourtant, continue d'afficher des taux d'imposition inférieurs à la moyenne des 129 villes de plus de 50 000 habitants.

Les villes de plus de 50 000 habitants où les impôts locaux ont le plus augmenté entre 2012 et 2017
Rang Ville Département Evolution 2012-2017 TH + TFB + TFNB (pts) Evolution 2012-2017 TH (pts) Evolution 2012-2017 TFB (pts)
1 Saint-Louis Réunion +25,45 +6,77 +8,63
2 Créteil Val-de-Marne +20,86 +9,77 +3,63
3 Aubervilliers Seine-Saint-Denis +15,38 +10,41 +1,55
4 Saint-Denis Seine-Saint-Denis +15,01 +10,02 +2,06
5 Toulouse Haute-Garonne +14,33 +2,38 +2,65
6 Sevran Seine-Saint-Denis +14,03 +9,09 +0
7 Issy-les-Moulineaux Hauts-de-Seine +13,45 +9,75 +3,15
8 Drancy Seine-Saint-Denis +13,4 +9,33 +2,42
9 Pantin Seine-Saint-Denis +13,31 +8,95 +2,13
10 Nanterre Hauts-de-Seine +12,65 +7,57 +1,54
11 ex aequo Bondy Seine-Saint-Denis +12,48 +8,95 +1,3
11 ex aequo Clermont-Ferrand Puy-de-Dôme +12,48 +2,37 +2,93
13 Rueil-Malmaison Hauts-de-Seine +12,21 +7,84 +1,23
14 ex aequo Annecy Haute-Savoie +11,18 +-2,78 +-0,49
14 ex aequo Bobigny Seine-Saint-Denis +11,18 +8,95 +0
14 ex aequo Montreuil Seine-Saint-Denis +11,18 +8,95 +0
17 Villejuif Val-de-Marne +10,86 +7,91 +0
18 Epinay-sur-Seine Seine-Saint-Denis +10,29 +8,87 +0
19 Coubevoie Hauts-de-Seine +10,27 +7,37 +1,52
20 Dijon Côte-d'Or +10,22 +1,67 +2,05

Saint-Louis (Réunion), Créteil (Val-de-Marne) et Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) précèdent Saint-Denis et montent sur le podium des villes où les taux des impôts locaux ont le plus augmenté entre 2012 et 2017, avec respectivement +25,5, +20,9 et +15,4 points. A noter que mis à part Saint-Louis, Toulouse (Haute-Garonne), Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Annecy (Haute-Savoie) et Dijon (Côte-d'Or), toutes les villes présentes au classement se situent en région parisienne. A l'inverse, les taux d'impôts locaux ont diminué dans 20 des 129 villes de plus de 50 000 habitants, soit 16% et sont restés stables dans 46 communes, soit 36% de l'échantillon.

Les villes de plus de 50 000 habitants où la taxe d'habitation a le plus augmenté entre 2012 et 2017
Rang Commune Département TH 2017 (%) Evolution TH 2012-2017 (pts) Evol TH + TFB+ TFNB 2012-2017 (pts)
1 Aubervilliers Seine-Saint-Denis 26,58 +10,41 +15,38
2 Saint-Denis Seine-Saint-Denis 21,48 +10,02 +15,01
3 Créteil Val-de-Marne 29,36 +9,77 +20,86
4 Issy-les-Moulineaux Hauts-de-Seine 17,74 +9,75 +13,45
5 Drancy Seine-Saint-Denis 21,77 +9,33 +13,4
6 Sevran Seine-Saint-Denis 35,29 +9,09 +14,03
7 Pantin Seine-Saint-Denis 21,72 +8,95 +13,31
8 Bondy Seine-Saint-Denis 29,14 +8,95 +12,48
9 Bobigny Seine-Saint-Denis 26,7 +8,95 +11,18
10 Montreuil Seine-Saint-Denis 26,76 +8,95 +11,18
11 Epinay-sur-Seine Seine-Saint-Denis 25,58 +8,87 +10,29
12 Villejuif Val-de-Marne 27,39 +7,91 +10,86
13 Rueil-Malmaison Hauts-de-Seine 25,02 +7,84 +12,21
14 Nanterre Hauts-de-Seine 14,97 +7,57 +12,65
15 Courbevoie Hauts-de-Seine 14,52 +7,37 +10,27
16 Boulogne-Billancourt Hauts-de-Seine 17,87 +7,25 +8,45
17 Antony Hauts-de-Seine 18,27 +6,87 +10,02
18 Argenteuil Val-d'Oise 29,04 +6,78 +6,3
19 Saint-Louis Réunion 49,88 +6,77 +25,45
20 Clamart Hauts-de-Seine 21,54 +6,74 +7,68

Si l'on entre plus dans le détail, les taux de taxe d'habitation ont augmenté dans 47% des villes de plus de 50 000 habitants, en tête desquelles figurent Aubervilliers (1re) et Saint-Denis (2e), toujours. Créteil complète le trio de tête, avec une hausse de +10 points sur la période. Les taux de taxe d'habitation sont restés stables dans 39% des municipalités de plus de 50 000 âmes et ont même baissé dans 17% d'entre elles. Roubaix (-3,2 points), Cherbourg-en-Cotentin (-3,1 points) et Annecy enregistrent les plus forts reculs du taux de taxe d'habitation.

Les villes de plus de 50 000 habitants où la taxe foncière sur le bâti a le plus augmenté entre 2012 et 2017
Rang Commune Département TFB 2017 (%) Evolution TFB 2012-2017 (pts) Evol TH + TFB+ TFNB 2012-2017 (pts)
1 Réunion Saint-Louis 63,59 +8,63 +25,45
2 Ardennes Cherbourg-en-Cotentin 25,62 +6,19 +0,47
3 Nord Lille 29,06 +5,5 +5,5
4 Val-de-Marne Créteil 27,54 +3,63 +20,86
5 Hauts-de-Seine Issy-les-Moulineaux 14,24 +3,15 +13,45
6 Val-de-Marne Fontenay-sous-Bois 19,64 +3,09 +3,35
7 Puy-de-Dôme Clermont-Ferrand 26,12 +2,93 +12,48
8 Val-de-Marne Ivry-sur-Seine 34,07 +2,75 +8,74
9 Haute-Garonne Toulouse 20,29 +2,65 +14,33
10 Seine-Saint-Denis Drancy 25,26 +2,42 +13,4
11 Seine-Saint-Denis Le Blanc-Mesnil 24,73 +2,4 +8,07
12 Réunion Saint-Paul 28,83 +2,26 +6,45
13 Bouches-du-Rhône Arles 29,9 +2,25 +4,23
14 Savoie Chambéry 29,43 +2,18 +7,46
15 Hauts-de-Seine Neuilly-sur-Seine 5,08 +2,18 +2,18
16 Hauts-de-Seine Levallois-Perret 15,85 +2,16 +7,22
17 Cher Bourges 26,2 +2,16 +6,97
18 Val-de-Marne Saint-Maur 15,71 +2,16 +6,48
19 Seine-Saint-Denis Pantin 23,87 +2,13 +13,31
20 Seine-Saint-Denis Saint-Denis 22,65 +2,06 +15,01

Du côté du taux de taxe foncière sur le bâti, les plus fortes hausses sont à mettre à l'actif de Saint-Louis (Réunion), avec +8,6%, Cherbourg-en-Cotentin (+6,2%) et Lille (+5,5%). A l'opposé de l'échelle, Laval (Mayenne), Charleville-Mézières (Ardennes) et Reims (Champagne) affichent les plus fortes baisses de taux de taxe foncière sur le bâti. Au total, le taux d'impôt foncier sur les propriétés bâties augmente dans 42% des communes de plus de 50 000 habitants entre 2012 et 2017. Il reste stable dans 48% et diminue dans les 10% restants.

Les villes de plus de 50 000 habitants où la taxe foncière sur le non-bâti a le plus augmenté entre 2012 et 2017
Rang Commune Département TFNB 2017 (%) Evolution TFNB 2012-2017 (pts) Evol TH + TFB+ TFNB 2012-2017 (pts)
1 Haute-Savoie Annecy 34 +14,45 +11,18
2 Réunion Saint-Louis 74,07 +10,05 +25,45
3 Haute-Garonne Toulouse 71,3 +9,3 +14,33
4 Val-de-Marne Créteil 51,35 +7,46 +20,86
5 Puy-de-Dôme Clermont-Ferrand 63,97 +7,18 +12,48
6 Côte-d'Or Dijon 92,79 +6,5 +10,22
7 Haut-Rhin Mulhouse 112,61 +6,47 +9,33
8 Seine-Saint-Denis Sevran 114,64 +4,94 +14,03
9 Val-de-Marne Ivry-sur-Seine 53,74 +4,34 +8,74
10 Gironde Bordeaux 90,92 +4,33 +6,89
11 Bas-Rhin Strasbourg 72,52 +3,83 +6,36
12 Seine-Saint-Denis Le Blanc-Mesnil 54,28 +3,79 +8,07
13 Savoie Chambéry 50,11 +3,71 +7,46
14 Hauts-de-Seine Nanterre 25,52 +3,54 +12,65
15 Var Hyères 83,89 +3,46 +5,18
16 Haute-Vienne Limoges 60,22 +3,42 +6,22
17 Seine-Saint-Denis Aubervilliers 34,58 +3,42 +15,38
18 Hauts-de-Seine Levallois-Perret 35,87 +3,26 +7,22
19 Cher Bourges 39,23 +3,24 +6,97
20 Hauts-de-Seine Rueil-Malmaison 28,38 +3,14 +12,21

Le taux de taxe foncière sur les propriétés non bâties a quant à lui progressé dans 41% des villes de plus de 50 000 habitants sur cinq ans, en tête desquelles on retrouve, fidèles au poste, Annecy (+14,5 points), Saint-Louis (+10 points) et Toulouse (+9,3 points). Il n'a pas évolué dans 43% d'entre elles et a reculé dans les 16% restants. Roubaix (-6,8%), Reims (-6,6%) et Charleville-Mézières (-4,6%) s'illustrent à nouveau en affichant les plus forts reculs de taux.

Annonces Google