Le cloud français d'Amazon est-il moins cher que ses concurrents ?

Le cloud français d'Amazon est-il moins cher que ses concurrents ? Le 18 décembre, AWS ouvrait ses data centers en France avec à la clé une politique de prix local. Zoom sur le positionnement tarifaire d'une instance EC2 milieu de gamme face à ses concurrents.

Chose promise, chose due. Comme annoncé en 2016, Amazon Web Services a donné le coup d'envoi de sa région française. Le cloud l'a officiellement ouverte en décembre.  Portant à 49 le nombre de régions du groupe dans le monde, elle vient compléter en Europe des data centers déjà installés en Allemagne, en Irlande et au Royaume-Uni.  Une cinquantaine de services y sont proposés, parmi lesquels EC2, S3, ESB, Aurora, Cloudfront ou encore l'environnement serverless Lambda.  Une palette qui fait du IaaS de Jeff Bezos l'offre cloud la plus riche proposée à ce jour dans l'Hexagone. On regrettera néanmoins l'absence des services d'IA d'Amazon. Aucun d'eux ne répond à l'appel. Ni d'ailleurs le CaaS Kubernetes (EKS) pourtant annoncé lors du dernier événement mondial d'AWS fin novembre.  

Une instance compétitive, mais des surcoûts à prévoir

Le cloud américain met en œuvre une politique de prix spécifique au sein de chacune de ses régions. Qu'en est-il donc du positionnement tarifaire de sa nouvelle offre française face à la concurrence locale ? Nous avons choisi une instance EC2 milieu de gamme (t2.2xlarge) et l'avons comparée à des machines virtuelles (VM) aux spécificités techniques approchantes commercialisées par les principaux clouds souverains locaux (voir le tableau ci-dessous). Notez que les configurations de base peuvent varier, notamment en matière de fréquence de processeur (GHz). 

Résultat : le prix affiché par AWS pour cette instance se situe à première vue dans la fourchette basse des prix du marché. Il est en deçà des tarifs des VM retenues pour IBM, Cloudwatt (Orange) et Outscale. Scaleway (le cloud d'Iliad) reste toujours le moins cher. AWS est quand à lui proche d'OVH. Toutefois, l'offre EC2  t2.2xlarge n'offre pas de capacités de stockage à la différence des configurations de Cloudwatt, IBM et OVH. AWS fait aussi, comme à son habitude, payer plein pot le trafic sortant. Au final, ces frais supplémentaires changent profondément la donne.  

Prix pratiqués en France par les principaux IaaS pour une instance Linux milieu de gamme (tarif HT par heure d'utilisation)
Cloud - instance CPU RAM (Go) GHz Stockage  Prix de l'instance Prix du trafic sortant (à prévoir en plus)
AWS - t2.2xlarge 8 32  3,0 (Intel Xeon) Non-inclus  :  0,0961 € (0,116 $) par Go SSD/mois 0,3504 € (0,4224 $) 0,0747 € (0,090 $) par Go,  dégressif avec le volume
IBM Cloud - B1.8x32x100 8 32 2,0  100 Go 
SAN  inclus
0,4555 € (0,549 $) Jusqu'à 250 Go inclus, puis 37,33 € (45 $) par To
Orange Cloudwatt - n2.cw.standard-8 8 32 3,6 (Intel Xeon) 50 Go SSD  inclus 0,4662 € Jusqu'à 2 To  inclus  (puis 0,014 €par Go)
Outscale - t2.2xlarge 8 32 Entre 2,0 et 2,6 (Intel) Non-inclus : 0,119 € par Go/mois 0,4320 € 0,005 € par Go 
OVH Cloud - C2-30 8 30 3,1  200 Go SSD  inclus 0,3480 € Inclus
Scaleway (Iliad) 10 60 2,20 (Intel Xeon) 700 Go SSD inclus 0,1800 € Inclus

L'offre cloud de Microsoft n'a pas pu être prise en compte dans ce comparatif. Les deux régions françaises récemment annoncées par l'éditeur américain sont en effet encore en bêta, et leurs tarifs pas encore connus. 

Une infrastructure cohérente

Sous le capot, la région française d'AWS repose sur trois centres de données basés en Île-de-France. "Ils sont  situées sur des implantations géographiques distinctes et suffisamment éloignées pour réduire considérablement le risque qu'un événement unique n'affecte la disponibilité, mais suffisamment proches pour la continuité des applications qui nécessitent une reprise rapide en cas d'événement", explique-t-on chez Amazon.

L'infrastructure française d'AWS est-elle installée dans des data centers en collocation ? "En général, nous construisons nos propres bâtiments. Nous avons des prérequis très stricts dans ce domaine. La plupart des installations existantes ne sont pas conformes aux garanties que nous souhaitons fournir à nos clients, à la fois d'un point de vue de la sécurité et de la fiabilité, mais aussi de l'environnement naturel. Nos spécificités techniques sont nombreuses, en termes d'infrastructure électrique, de refroidissement, d'écoulement d'air... En France, nous déployons la même infrastructure qu'a Francfort, Londres et Dublin", indique Werner Vogels, CTO d'Amazon. 

A lire aussi :

Amazon / OVH

Annonces Google