Alan Clark (OpenStack) "Les groupes utilisateurs d'OpenStack français sont très actifs"

Juste avant l'évènement OpenStack in action 4! qui se tient le 5 décembre à Paris, le président de la Fondation OpenStack a accordé une interview exclusive au JDN. Il évoque notamment les atouts du cloud Open Source pour séduire les DSI.

JDN Tech. Quelles sont les ambitions d'OpenStack sur le marché du cloud public et privé ?

1
Alan Clark est président de la Fondation OpenStack. © OpenStack

Alan Clark. OpenStack est guidé par un objectif de produire une plateforme de cloud qui réponde aux besoins des fournisseurs de cloud privé et public indépendamment de leur taille. Et en étant simple à implémenter et massivement scalable.

Cet objectif a d'ailleurs motivé plus de 13 000 membres individuels et 270 organisations qui sponsorisent et contribuent au projet. On parle là d'un projet qui a produit 8 versions de logiciels à ce jour. Toutes ont rencontré le succès. OpenStack est un projet qui continue à grandir et à évoluer à un rythme très soutenu. Ce sont ces leviers qui drainent l'adoption d'OpenStack sur le marché.

Quels sont vos arguments pour séduire les DSI ?
Ce sont les qualités intrinsèques d'OpenStack qui peuvent séduire les DSI. Tout d'abord, OpenStack a le plus grand support du marché et la communauté la plus vivante parmi les projets logiciels cloud. Ensuite, sur le long terme, l'implication de la communauté va permettre d'amener de l'innovation plus rapidement que chez les projets concurrents. La formation de la fondation OpenStack nous aide également à assurer la viabilité à long terme de ce projet.

Enfin, les objectifs de développement d'OpenStack vont bénéficier à toute l'industrie et pas seulement à un seul fournisseur. Cela encourage beaucoup de fournisseurs à créer des produits basés sur OpenStack pour apporter du choix aux DSI. Au-delà de tous ces atouts, OpenStack a également su séduire les fournisseurs en leur permettant de concevoir des offres de cloud privé, public mais également hybride.

Comment se porte OpenStack en France ?

Par nature, OpenStack est un projet global qui implique également des membres, des sponsors et une base installée d'utilisateurs en France. C'est l'une des raisons pour lesquelles l'OpenStack Summit se tiendra en mai prochain à Paris. Ce sera d'ailleurs le premier sommet OpenStack européen.

Il y a de nombreuses sociétés en France qui participent au projet OpenStack, dont SuSE [mais également d'autres dont RedHat, NDLR]. Il y a également des acteurs français investis dans le projet OpenStack comme eNovance et Numergy [mais également d'autres dont Cloudwatt membre de la fondation OpenStack depuis mi 2012, NDLR]. Les groupes utilisateurs sont également très actifs en France avec, rien que pour Paris, plus de 400 participants.

Et n'oublions pas que les centres de recherche et les universités qui participent au développement d'OpenStack et qui l'utilisent pour mener à bien leurs recherches. Le CERN a fourni à ce titre des données de recherche réalisées grâce à OpenStack en France et partout dans le monde. [Le cloud OpenStack au centre de calcul du CERN est sur le territoire français. Il y a actuellement 1 300 serveurs en production et chaque semaine plus de 200 hyperviseurs sont ajoutés pour atteindre les 15 000 environ en 2015, NDLR].

Cet article a été mis à jour le 5 décembre à 10h00.

Alan Clark est président de la Fondation OpenStack et directeur des Initiatives Industrielles chez SuSE.


Serveurs / LAN

Annonces Google