Quel sera le futur de Windows 10 ?

Quel sera le futur de Windows 10 ? Microsoft reste focalisé sur l'amélioration du mode Continuum. Objectif : tendre vers une expérience utilisateur continue entre les différentes déclinaisons de l'OS : smartphone, tablette, PC, casque holographique...

[Mis à jour le 02/03/17 08:05] Même si la prochaine mise à jour de Windows 10 sera centrée sur la 3D et la création graphique (d'où son nom : la Creators Update), Microsoft n'entend pas moins rester focalisé sur une cible : "la continuité d'expérience" entre les différentes versions de son OS (desktop, tablette, smartphone...). Ce travail de R&D sera donc au menu des prochaines mises à jour du système d'exploitation (Redstone 3, 4...) L'objectif ? Aboutir à une synchronisation toujours plus fine des tâches et applications entre les divers appareils Windows de l'utilisateur. Le cloud étant utilisé, ici, comme l'un des principaux liants entre device aux côtés d'un OS (Windows 10) conçu comme résiliant et multiplateforme. "Le mode Continuum reste une priorité au sein de Windows 10", confirme Jean-Christophe Dupuy, directeur de la division Windows & Devices chez Microsoft France.

Une seconde mise à jour de Windows 10 est prévue cette année, après la Creators Update attendu pour avril. Un slide projetée par Microsoft lors de son événement Ignite en Australie le 22 février indique que cette seconde mise à jour (nom de code : Redstone 3) sera lancée fin 2017. © Capture Microsoft

Windows mobile et desktop pourraient encore se rapprocher

La continuité d'expérience entre les différentes déclinaisons de Windows 10 était déjà l'un des axes d'évolution clés de la mise à jour dite Anniversaire de Windows 10 sortie cet été. Dans ce domaine, Microsoft a surtout cherché jusqu'ici à mieux synchroniser Windows 10 et Windows 10 Mobile. Pour ce faire, l'éditeur a, notamment, recours au stockage cloud (avec OneDrive) pour offrir un accès aux fichiers quelle que soit la plateforme Windows, mobile ou fixe. L'OS orchestre également une diffusion "multi device" des notifications (alertes, SMS, etc.). Ce travail de R&D va se poursuivre. Le but étant d'aboutir à une continuité d'expérience sans couture entre éditions de Windows. A terme, l'idée serait d'aller jusqu'à permettre de poursuivre une tâche commencée sur un appareil (par exemple la rédaction d'un mail) sur un autre.

L'Elite x3 est le premier terminal "3-en-1" sous Windows. Conçu par HP (en lien avec Microsoft), il se présente sous la forme d'un smartphone qui peut se transformer en station de travail (en se branchant à un grand écran via un dock) ou en ordinateur portable (via un boîtier prévu à cet effet). © HP

Pour aboutir à une expérience utilisateur continue sous Windows, Microsoft planche sur une nouvelle piste : un smartphone convertible à la fois en poste de travail et tablette tactile. "A l'instar du travail que nous avons réalisé avec HP autour de son Elite x3, notre objectif est de favoriser l'émergence d'une nouvelle catégorie de terminal : le 3-en-1. Il s'agit d'un device qui offrirait la mobilité d'un smartphone, la vélocité d'une tablette et la puissance d'un notebook comme le Surface Book", explique Jean-Christophe Dupuy. Certes, le scénario du smartphone transformable a déjà été en partie expérimenté par Microsoft avec le Lumia 950. Un Windows Phone sorti fin 2015, qui, par le biais d'une station d'accueil, pouvait déjà être connecté à un écran externe, et doté d'un clavier physique et d'une souris. "C'était là une première étape. Mais notre objectif est d'aller beaucoup plus loin en termes de qualité d'expérience et de puissance", confie Jean-Christophe Dupuy.

Faire tourner des logiciels PC sur un Windows Phone... pour mieux le transformer en PC

Problème : les Windows Phone, étant basés sur une architecture ARM, ne peuvent nativement prendre en charge les logiciels développés pour PC (car ces derniers reposent, eux, sur la technologie x86). Les téléphones Windows sont, ainsi, théoriquement optimisés pour ne faire tourner que les apps tactiles dites universelles (Universal Windows Apps). Pour résoudre l'équation, Microsoft est en train de plancher sur l'intégration à Windows 10 d'une couche d'émulation x86. Une brique qui doit permettre d'exécuter des logiciels PC (Win32) sur un terminal ARM, avec à la clé une compatibilité complète en termes de périphériques (lire le post officiel de cette annonce). D'après Mary Jo Foley de Zdnet.com, toujours bien informée sur les plans de Microsoft, cette nouveauté pourrait être au menu de la quatrième mise à jour majeure de Windows 10 (alias Redstone 3) - prévue pour l'automne 2017. 

Dans le cadre de cette optimisation de Windows 10 pour ARM, Microsoft a fait le choix de se tourner vers Qualcomm et ses processeurs Snapdragon. D'après Qualcomm, les premiers terminaux Windows 10 sous  Snapdragon devraient sortir d'ici la fin de l'année.

Un nouveau concept d'interface graphique "transportable"

Ce n'est pas tout. Microsoft travaille, en parallèle, sur une évolution de l'interface tactile (dite moderne) de Windows 10, qui pourrait elle-aussi apporter une nouvelle dimension au mode Continuum. L'information a été révélée par Windows Central et Numerama. Cette nouvelle interface (dont le nom de code serait "Project Neon") pourrait en effet devenir une passerelle entre Windows 10 version desktop et la réalité augmentée projetée par Windows 10 Holographic. L'idée étant de pouvoir gérer le déplacement d'éléments graphiques en dehors d'un écran tactile Windows, en vue de les faire apparaître devant soi en réalité augmentée. "C'est une UI qui se transporte entre terminaux", indique une source dans les colonnes de Windows Central. Textures, modèles 3D et effets de lumière seraient, ici, mis à contribution.

Microsoft confirme un projet de nouvelle interface graphique

Dans le même temps, l'objectif de Microsoft avec le projet Neon serait également de rendre l'interface tactile de Windows 10 plus dynamique et animée. Il s'agirait d'aboutir à un environnement "très fluide, avec beaucoup de mouvements et de belles transitions", toujours selon les sources de Windows Central et Numerama. L'UI Neon pourrait apparaître dans les toutes prochaines mises à jour de Windows 10 (Creators Update et Redstone 3), d'abord via des applications signées Microsoft. D'après Numerama, les développeurs devraient pouvoir commencer à l'utiliser dans leurs apps à partir de la mise à jour suivante de l'OS (peut-être baptisée par Microsoft en interne Redstone 4 ?), qui ne sera probablement pas livrée, elle, avant 2018. 

L'information a été en partie confirmée par Microsoft lors du Windows Developer Day qui s'est tenu début février. Pour l'occasion, l'éditeur a indiqué travailler effectivement sur un relooking de l'interface graphique de Windows 10, sans pour autant mentionner véritablement Project Neon. Une slide a même été projetée (voir ci-dessous). Elle montre l'application Groove Music avec une interface au design proche de celle des captures publiées par MSPoweruser. Dans son commentaire, Microsoft a indiqué vouloir évoluer vers "des expériences utilisateurs belles et attrayantes sur Windows", et précise que cette évolution fait partie de la mise à jour Redstone prévue pour l'automne de 2017.

Première slide de Microsoft officielle de Microsoft présentant le projet d'évolution de l'interface graphique de Windows 10. © Microsoft

Pour doter Windows 10 de cette nouvelle interface graphique, Microsoft chercherait à faire évoluer le langage Microsoft Design Language 2 (MDL2) sur lequel repose l'actuelle UI de Windows 10. Compatible avec MDL2, Neon n'impliquerait pas de réécrire les applications Windows existantes. Microsoft souhaiterait néanmoins profiter du chantier pour remettre de l'ordre dans les règles de développement des apps tactiles Windows 10. Laissant une grande liberté aux développeurs (en termes de menu contextuel, de barre d'application...), les pratiques MDL2 actuelles ont, il est vrai conduit, à une offre d'apps souvent peu cohérente en termes graphiques. L'objectif serait de rectifier le tire.

Une connectivité optimisée et des forfaits télécoms sur le Store

Toujours dans ce souci de continuité et de fluidité d'expérience, Microsoft n'oublie pas l'enjeu de la connectivité réseau. Sur ce plan, le groupe a officiellement annoncé vouloir proposer, "via les futures mises à jour de Windows 10", la possibilité d'acquérir de la connectivité cellulaire sur le Windows Store. Dans cette perspective, ses partenaires OEM vont pouvoir construire des terminaux dotés de cartes SIM pré-intégrées (eSIM). "Les utilisateurs auront, aussi, la possibilité de mieux contrôler la manière dont ils ont recours au wifi et aux réseaux mobiles, et comment ils consomment leur transit", indique Microsoft (lire le post de cette annonce). Le groupe de Redmond s'inscrit dans le sillage d'Apple sur le sujet, qui commercialise déjà ce type d'offre associée avec ses iPads. 

A lire aussi : 

Annonces Google