Comment calculer la taille que doit avoir votre cocon sémantique ?

Je ne connais pas de questions qui nous aient été posées plus de fois que celle-ci… En principe, la réponse que nous faisions était quelque part "bourvilesque" : "commencez par 30 ou 40 et si ce n'est pas assez, ajoutez-en…"

Suite à une telle prudence dans la réponse, mais néanmoins rationnelle, l'annonceur était souvent perplexe. Mais si nous nous replaçons dans le cadre du SEO en général : "combien de liens précisément et/ou combien de PBN me faut-il pour être premier ?" 
Il existe de nombreuses inconnues dans le SEO :
  • ce que fait la concurrence et que vous ne voyez pas (ou pas encore),
  • le bêtise-Learning de Google,
  • la réputation que votre site a aux yeux du moteur
Toutefois, avec le recul de près de 1000 cocons, j'ai quelques éléments de réponses à présent et je me propose de les partager avec vous.
Préalables :
  • Je ne parle que pour les cocons calculés avec les metamots. Je ne peux pas parler pour les cocons réalisés avec le doigt mouillé, à l'intuition ou avec d'autres systèmes (distance de Jaccard par exemple). Les metamots ont été élaborés spécifiquement pour du maillage (au passage, non seulement ils sont calculés pour le maillage, mais aussi à partir de maillage, mais je n'en dirai pas davantage). Par contre, toutes les recommandations, sans exception, du système doivent être mises à l'œuvre (lexies proches des liens, table des matières reliées de partout au site, modèle de la page parfaite, etc.).
  • Comme un cocon amplifie le jus d'un site, plus celui-ci part de haut, mieux c'est. Nous verrons comment intégrer cette notion dans l'approche pour ajuster la donne (si votre site a encore peu d'autorité).
1) Comprendre l'objectif d'un cocon sémantique
L'objectif d'un cocon, contrairement à certaines idées reçues, n'est pas d'augmenter la longue traîne. Oui, bien sûr que cela a un effet non négligeable sur celle-ci, et cela peut être bien. Mais, selon moi, l'objectif se définit ainsi : "Pousser une page précise sur sa requête, pour un profil d'internaute choisi, dans une démarche particulière tout en envoyant à Google un signal éditorial de qualité très élevé".En somme, le but ultime est "conversion". Ne vous y trompez pas, un cocon qui ne réalise pas cela est un cocon raté.
2) Pourquoi viser la bonne taille de cocon du premier coup ?
Honnêtement, rédiger ou faire rédiger 100 pages, publier le cocon, attendre 6 mois au moins pour se rendre compte que l'on est passé de la page 5 à la page 2, c'est un manque à gagner certain. Bien sûr, on pourrait aussi se dire que l’on n'a qu'à faire 1500 pages et comme ça on est sûr… Sauf que, côté rentabilité, à moins que vous ne vouliez passer au-dessus de la position 0, je ne vois pas trop l'intérêt. Vous aurez perdu beaucoup de temps par contre.Le ROI maxi s'obtient en réalisant tout ce qu'il faut, mais pas davantage.Rappelons que même si un cocon sémantique n'est pas une technique proscrite, l'arrivée soudaine d'un très grand nombre de pages sur un site est tout de même regardée. Si tout est clean, pas de soucis. Mais le moindre keyword stuffing, texte de basse qualité et c'est éventuellement la volée derrière. Non pas parce que c'est un cocon, mais parce que le rapport qualité/quantité est médiocre.Donc, il faut tenter de viser juste dès le premier essai.
3) Quelles sont les limites de la méthode que je propose ici
C'est un peu toujours le même souci en SEO. Vous regardez le web aujourd'hui, vous concevez votre stratégie et au moment de la déployer d'autres ont eu la même idée que vous… Cet aléa doit forcément être intégré et vous devez en tenir compte, car aucune formule de calcul ne peut faire de "voyance" (ce serait tentant remarquez, il paraît que ça rapporte beaucoup ;-).
4) La méthode de calcul
Phase 1
Vous vous mettez dans un navigateur respectueux de la vie privée, Firefox, Safari, Opera par exemple, vous vous mettez en navigation privée et vous tapez dans Google l'expression sur laquelle vous avez des vues.
Relevez les noms de domaine qui sont en page 1 (en mode 10 résultats par page).

Phase 2
Dans les paramètres > paramètres de recherche de Google, demandez un affichage par 100 résultats et non plus pour 10. (Cela limite le nombre de Captchas dont Google est friand.)
Pour chacun des sites relevés précédemment (le top 10 donc), tapez dans Google : 
intitle:{votre expression|votre expression au pluriel} site:{le site}.
Notez le nombre de résultats dans un tableur. Si vous avez soi-disant plus de 100 résultats, vérifiez-le en allant à la dernière page de la SERP. (En pratique, cela dépasse exceptionnellement 300 pages pour un même site.) Seule la dernière page de la SERP vous donne le vrai résultat. Google aime frimer en vous disant qu'il a des milliers de résultats, mais il paraît que c'est pour tromper les logiciels de scrap (et un moteur concurrent qui viendrait, selon lui, l'espionner un peu trop souvent…)

Phase 3
Faites la somme de toutes ces quantités. 
Pourquoi ?
Quand vous avez, admettons, 8 résultats pour un domaine donné, vous pouvez penser que ces 8 résultats auraient pu se positionner et que Google a dû choisir parmi les 8 et donc qu'il les connaît. Si votre concurrence n'a pas fait de cocon, vous aurez très rarement pour un seul concurrent plus de 20 résultats que Google considère comme intéressants sur cette expression. Mais, le concurrent est là et a donc une certaine autorité, et les 8 résultats pèsent sans que vous le voyez dans la position de la page choisie. Seulement voilà, faire juste la même quantité que le premier est insuffisant.

Pourquoi procéder ainsi ?
À défaut d'avoir la même autorité que le premier de vos 10 concurrents, montrez à Google que vous êtes, à vous tout seul, le plus pertinent de tout le monde réuni. Faites un cocon comprenant votre expression dans autant de pages que la somme des pages que Google considère comme pertinentes chez l'ensemble de vos 10 concurrents (parfois un peu moins que 10). Ne tenez pas compte des GG-adress, juste des résultats naturels.
Souvent le nombre final va tourner autour d'une centaine de pages, mais parfois beaucoup moins ou beaucoup plus.

Mise en garde et petit plus
Ne reprenez pas dans vos sujets les sujets de vos concurrents, ou du moins pas formulés de la même façon et avec un angle clairement différent. Apportez quelque chose de neuf à Google.
Regardez, par exemple, ce que Google a aimé dans les Title des 10 premiers, essayer de le sentir. Proposez-lui quelque chose qu'il n'a pas, mais qui est dans le style de ce qu'il a aimé… 

Phase 4 éventuelle
Si vous avez un site jeune, ou objectivement très loin d'avoir l'autorité des 10 premiers, vous pouvez avoir une idée de ce qu'il va vous manquer éventuellement.
Recommencer l'opération précédente de la phase 2, mais sans "intitle", donc {votre expression|votre expression au pluriel} site:{le site}. Cette fois-ci, faites la moyenne du nombre de pages/domaine et ajoutez-la à la quantité précédente. C'est un peu plus aléatoire que les étapes précédentes, mais le plus souvent cela suffira.
Conclusion
J'ai essayé de nombreuses méthodes pour évaluer comment taper dans le mille dès le premier déploiement. Cette méthode est issue de mon observation et, par conséquent, je n’ai aucune preuve mathématique à vous donner, malheureusement.
Pour le coup, nous sommes vraiment dans une heuristique, mais qui fonctionne bien le plus souvent.

Comment calculer la taille que doit avoir votre cocon sémantique ?
Comment calculer la taille que doit avoir votre cocon sémantique ?

Suite à une telle prudence dans la réponse, mais néanmoins rationnelle, l'annonceur était souvent perplexe. Mais si nous nous replaçons dans le cadre du SEO en général : "combien de liens précisément et/ou combien de PBN me faut-il pour être premier...