Il y a 5 ans : Le virus Mydoom se propageait à très vive allure

Toutes les semaines, retour sur un événement marquant de l'actualité de l'industrie informatique & télécoms d'il y a 5 ans.

En 48 heures, plus de 3 millions d'interceptions avaient été enregistrées par le site de MessageLabs, un record dans l'histoire des virus ! Les derniers chiffres dépassaient les 5 millions d'interceptions. Selon F-Secure, entre 300 000 et 500 000 machines étaient touchées dans le monde.

Le virus Mydoom (autrement appelé Novarg ou Mimail Q ou R) était un spammeur de masse, utilisant des techniques désormais très classiques de pièces attachées trompeuses (simulant des erreurs de courriel) et ouvrant une porte dérobée pouvant servir à la prise en main distante des postes contaminés.

Il se diffusait aussi via Kazaa. Sa durée de vie était courte : jusqu'au 12 février 2004. Selon F-Secure, plus de 100 millions de courriels avaient été infectés en moins de 36 heures.
La version B de MyDoom était apparue le 28 janvier 2004. Elle visait les sites des éditeurs SCO et Microsoft. Elle désactivait par ailleurs les principaux antivirus du marché. Un courriel sur trois dans le monde était contaminé par le virus. A ce ryhtme, MyDoom surpassait largement le virus Sobig.

"Ce virus présente peu de différences avec le virus Bagle mais il semble que les premières personnes ciblées ont été mieux choisies, ce qui peut expliquer qu'il ait eu plus de 'succès'. De plus, il utilise une ruse assez efficace puisqu'il fait croire aux victimes que certains de leurs courriels n'ont pas pu être délivrés, ce qui incite les gens à ouvrir la pièce jointe pour voir ce qui s'est passé", précisait François Paget, chercheur anti-virus chez Network Associates.

Le courriel envoyé par Mydoom pouvait en effet avoir plusieurs objets ("Error", "Status", "Server Report", "Mail Transaction Failed", "Mail Delivery System", "hello" ou "hi" ), objets couramment utilisés par les serveurs de messagerie pour notifier une véritable erreur d'adressage de courrier électronique. Le virus contenaitt également une porte dérobée qui pouvait permettre à ses créateurs de prendre la main à distance sur le poste touché.

Et aussi, du 27 janvier au 3 février 2004

Perfect Technology levait 8 millions d'euros

La société Perfect Technology a levé 8 millions d'euros à l'issu de l'augmentation de capital ouverte fin 2003. Cette somme a contribué pour 3 millions au redressement et à la recapitalisation de sa filiale Locatel, et pour 5 millions au développement du groupe.

Quest Software absorbe Aelita

Fournisseur d'applications de gestion de la performance, Quest Software achetait l'éditeur Aelita. A hauteur de 115 millions de dollars, cette opération lui permettait de se doter d'une solution de supervision adaptée à l'infrastructure de Microsoft, la solution d'annuaire Active Directory et le serveur de messagerie Microsoft Exchange notamment.

Microsoft gagne une nouvelle bataille contre Lindows

Après avoir déjà gagné en Suède, Microsoft remportait son procès contre Lindows aux Pays Bas. Le tribunal d'Amsterdam en charge de l'affaire a ordonné l'arrêt complet des ventes de la fameuse distribution Linux sur le territoire néerlandais, en reconnaissant que Lindows violait la marque déposée par Microsoft pour son propre OS (Windows). Dans leur arrêt, les juges demandaient en outre à Lindows de rendre son site inaccessible à tout internaute se connectant depuis les Pays Bas.
 

Annonces Google