Il y a 5 ans : Juniper Networks absorbait amicalement Netscreen

Toutes les semaines, retour sur un événement marquant de l'actualité de l'industrie informatique & télécoms d'il y a 5 ans.

Quand un équipementier réseau s'intéresse à un spécialiste de la sécurité, cela donne une OPE (Offre publique d'échange) amicale représentant un montant de plus de quatre milliards de dollars, soit la valorisation de Netscreen.

"Cela double le marché auquel nous sommes en mesure de nous adresser, le faisant passer de 5 à 10 milliards de dollars", expliquait Richard Brandon - directeur marketing EMEA chez Juniper Networks -, justifiant ainsi la forte prime que sa société proposait aux actionnaires de Netscreen : un enveloppe près de 60% au dessus du cours de bourse.

"Nous disposons de produits de sécurité intégrés mais pas en stand alone. Nous serons donc désormais en mesure de proposer une offre où la sécurité ira encore plus en profondeur", ajoutait Richard Brandon, de Juniper Networks.

L'équipementier réseau voyait ainsi sa gamme de solutions complétée par celle de Netscreen, particulièrement bien positionnée sur les VPN (réseaux privés virtuels), les pare-feu et les systèmes de détection d'intrusion.

Netscreen, qui comptait 600 salariés (1 600 pour Juniper Networks), était sur une pente très ascendante. La société avait ainsi réalisé d'excellentes performances lors de son quatrième trimestre 2003, son chiffre d'affaires atteignant les 81 millions de dollars et son résultat net 6,4 millions de dollars, en hausses respectives de 58 et 100%, d'une année sur l'autre.

Juniper Networks n'était pas en reste côté résultats puisqu'au quatrième trimestre 2003, l'équipementier avait affiché des profits de 15 millions de dollars, contre 8,5 l'an dernier sur la même période.

Et aussi, du 10 au 17 février 2004

MyDoom.C se répendait sur le Web

Une nouvelle version de MyDoom venait d'être découverte. MyDoom.C est un ver de réseau qui se met en quête des machines infectées par ses deux prédécesseurs, myDoom A et B. Grâce à la porte dérobée déjà installée sur les postes contaminés, MyDoom.C (alias Doomjuice) les infecte à nouveau en réactivant le code malveillant. L'objectif était de lancer une attaque par déni de service sur le site de Microsoft.

L'OPA d'Oracle sur PeopleSoft mise en difficulté

Les avocats de l'autorité de régulation américaine recommandaient de bloquer l'OPA d'Oracle sur PeopleSoft. Raison invoquée : la fusion des deux acteurs conduirait à la naissance d'un nouveau monopole sur le marché des ERP. C'est ce qu'a indiqué le département de la Justice des Etats-Unis dans une lettre communiquée alors à PeopleSoft.

Lindows remportait une victoire face à Microsoft

Après plusieurs défaites essuyées en Europe, Lindows remportait une première bataille contre Microsoft... aux Etats-Unis. Une cour américaine auprès de laquelle le géant avait déposé une plainte pour contrefaçon de marque venait en effet de légiférer en faveur de l'éditeur Linux.

Annonces Google