Ce que les salariés de Microsoft pensent de leur PDG, un an après sa nomination

Ce que les salariés de Microsoft pensent de leur PDG, un an après sa nomination Les collaborateurs de Microsoft qui travaillent pour lui au quotidien témoignent de l'impact, en interne, de la présence de leur nouveau PDG. Voici ce qu'ils pensent de Satya Nadella.

Satya Nadella est devenu le troisième PDG de Microsoft il y a un peu plus d'un an. Vu de l'extérieur, il semble avoir apporté beaucoup de changements positifs à l'entreprise. Windows n'est plus la vache sacrée qu'il fut à une époque, l'entreprise a lancé des produits à la pointe de la technologie comme HoloLens (un casque à réalité augmenté), et Satya Nadella est bien meilleur que son prédécesseur, Steve Ballmer, pour donner une vision claire du futur du groupe.

Mais qu'en est-il de l'intérieur de l'entreprise ? Nous avons sondé les salariés de Microsoft et il s'avère qu'ils sont, eux aussi, enthousiasmés par le travail de Satya Nadella. Ils n'étaient pas autorisés à communiquer auprès de la presse à ce sujet. Nous respectons donc leur anonymat. Voici certaines des idées qui sont revenues fréquemment lors de ces entretiens :

Les salariés de Microsoft que nous avons pu interroger sont ravis de la fin de la culture "Windows-first". Chaque personne à qui nous avons parlé a loué la mise à mort de cette vieille culture.

 

Une personne ayant collaboré au développement d'Office pour iPad nous a confié que cette déclinaison avait été finalisée un an avant son lancement. Mais Steve Ballmer souhaitait attendre la finalisation de la version pour Windows de ce nouvel Office orienté tactile pour la lancer (la sortie de cette dernière, en version finale, n'a pas encore eu lieu, et devrait intervenir d'ici la fin de l'année). L'équipe était démoralisée... et la décision de Satya Nadela de revoir cette stratégie, et lancer Office pour iPad dès 2014 - ce qui a été bien accueilli par le marché - aura été excellente pour le moral des troupes.

Une autre personne nous a confié que Satya Nadella avait donné à ses salariés la "permission" de réaliser ce qu'ils estimaient nécessaire pour faire croître les recettes de Microsoft sur des plateformes non-Windows. Ce qui s'est notamment traduit depuis par l'acquisition d'applications pour iOS comme Accompli et Sunrise.

Un salarié nous a expliqué que tout le monde marchait désormais plus librement avec des iPhones et téléphones Android à la main.

 

Un troisième salarié nous a expliqué que le personnel utilisait, aussi, plus librement en interne des iPhones et des smartphones Android. Ce n'est plus le "régime de terreur" de l'ère Steve Ballmer qui pouvait faire mine de piétiner les iPhones de ses salariés en réunions, ce qui rendait certains mal à l'aise à l'idée d'utiliser en interne du matériel non-estampillé Microsoft. Cette époque est révolue.

C'est de nouveau stimulant de travailler pour Microsoft. C'est l'autre remarque que tout le monde semble confirmer : il est bien plus passionnant de travailler chez Microsoft maintenant que Satya Nadella est aux commandes.

Un ingénieur a avoué qu'il était frustrant de voir le travail de tous ces esprits brillants travaillant pour Microsoft être critiqué dans la presse parce que leur entreprise était considérée comme vieille et plus en phase avec son temps. Mais grâce aux "surprises" comme Office pour iPad et HoloLens, les médias recommencent à considérer Microsoft d'un bon oeil. Cette personne nous a confirmé que Satya Nadella était bien plus transparent que son prédécesseur, ce qui encourageait les salariés à être plus innovants.

Nos interlocuteurs ont utilisé des termes comme "dynamique" et "heureux" en décrivant la culture d'entreprise. Un plus ancien, avec 15 ans d'expérience au sein du groupe, a affirmé avoir bien plus "foi" en Microsoft aujourd'hui qu'il y a un an.

Un salarié estime que les résultats remonteront en flèche après la sortie de Windows 10 et de la prochaine vague de produits liés à Office.


Mais un gros travail attend l'entreprise. Plusieurs personnes ont reconnu que leur nouveau PDG ne pouvait pas réparer tout ce qui était brisé en une seule année.

Le dernier rapport trimestriel de Microsoft a révélé un ralentissement de la croissance du groupe dans son secteur de prédilection : la vente de logiciels et de services aux grandes entreprises. Un salarié s'attend à quelques trimestres de ralentissement, mais estime que les finances du groupe remonteront en flèche après la sortie de Windows 10 et de la prochaine vague de produits liés à Office.

Une autre personne que nous avons pu interroger a noté que la vague de licenciements n'était pas encore terminée, mais qu'elle n'avait pas touché beaucoup de salariés basés sur le campus principal de Microsoft à Redmond dans l'Etat de Washington. Elle a par ailleurs indiqué que de nombreuses personnes directement touchées avaient pu retrouver du travail dans d'autres divisions (la plupart des personnes licenciées provenaient de Nokia, entreprise de téléphonie acquise par Microsoft en 2013). Il semble que ce plan de licenciement a bien moins perturbé l'entreprise que celui initié au moment de la récession de 2008-2009.

La seule critique formulée ? Quelques personnes ont mentionné la boulette de Satya Nadella à la conférence Grace Hopper, où il a déclaré que les femmes ne devraient pas forcément demander d'augmentation, mais plutôt faire du bon travail et faire confiance au karma. Mais les deux salariés qui nous ont rappelé ce faux pas se sont estimés heureux de la réactivité et de la franchise de ses excuses - une humilité dont ses prédécesseurs ont très rarement fait preuve.

L'état de grâce de Satya Nadella à Wall Street est sans doute déjà terminé, mais il semble disposer d'encore beaucoup de marge au sein de l'entreprise.

Article de Matt Rosoff. Traduction par Shane Knudson, JDN.

Voir l'article original: Here's what Microsoft employees think about their CEO one year in

 

Annonces Google