Capgemini fait de LiquidHub sa tête de pont dans le digital aux US

Capgemini fait de LiquidHub sa tête de pont dans le digital aux US La société de services américaine va intégrer les futures sociétés acquises par Capgemini dans le digital en Amérique du Nord. Elle devient ainsi une pièce maîtresse dans la stratégie du groupe.

Le 5 février, Capgemini annonçait l'acquisition de LiquidHub. Comptant plus de 2000 collaborateurs, cette société de services principalement basées aux Etats-Unis fait de l'engagement client et de l'expérience digitale sa marque de fabrique. Revendiquant un taux de croissance annuel moyen de 20% ces dernières années, elle a réalisé un chiffre d'affaires estimé à 200 millions d'euros en 2017.

L'opération a été bouclée pour un montant représentant environ "deux fois le chiffre d'affaires", précise Capgemini.

"Nous avons pour ambition de faire de LiquidHub une plateforme d'intégration pour accueillir nos futures acquisitions dans le digital aux Etats-Unis", confie Paul Hermelin, PDG de Capgemini. "De part sa taille, cette entreprise dispose d'un management suffisamment robuste pour permettre de mettre en place ce dispositif." A la barre de LiquidHub depuis sa création, Jonathan Brassington, son CEO et co-fondateur, va demeurer aux commandes de l'activité. Il aura donc la délicate charge de piloter le futur processus d'intégration.

Une stratégie de croissance externe qui se poursuit

Avec le rachat de LiquidHub, Capgemini poursuit une stratégie de croissance externe déjà bien amorcée. Depuis son coup d'envoi en 2016, l'ESN avait déjà mis la main sur cinq autres sociétés : Itelios et Lyons Consulting (dans l'e-commerce), Idean (dans le design), Fahrenheit 212 (dans le conseil en stratégie d'innovation) et TCube Solutions (dans l'e-assurance). "Ces acquisitions doivent contribuer à une augmentation du chiffre d'affaires global de l'ordre de 2% et sont financées par environ 50% du 'free cash-flow' du groupe", rappelle Paul Hermelin.

Jonathan Brassington, CEO et co-fondateur de LiquidHub, avec Paul Hermelin, PDG de Capgemini. © Capgemini

Pour Capgemini, l'objectif est ainsi d'accroître le poids de ses activités dans le digital et le cloud. Au quatrième trimestre 2017, la part du chiffre d'affaires tiré de ces domaines atteint 40% (contre 30% à l'issue de 2016).  Et sur l'ensemble de 2017,  le CA du groupe s'établit à près de 12,8 milliards d'euros (+4% à taux de change constant comparé à 2016),  dont 5 milliards d'euros réalisés dans le digital et le cloud (+24% sur un an).

Comment se décline l'offre de LiquidHub ? Elle s'articule autour d'une palette de services visant à accompagner les entreprises dans la définition et le déploiement de leur parcours client digital. Et ce, en couvrant tous les maillons de la chaîne du CRM (e-commerce, gestion des ventes, marketing, service client...) dans une logique omnicanal et sans couture. Partant de là, LiquidHub s'est assez naturellement rapproché d'éditeurs comme Salesforce, Adobe ou Microsoft, en vue d'outiller son approche.

"Une large part de notre activité est réalisée auprès des départements métier, et non des DSI, c'est-à-dire des directeurs marketing, des ventes, de la fidélisation client, des responsables de ligne métier...", explique Jonathan Brassington. Capgemini ciblant historiquement les DSI, LiquidHub (à l'instar d'Idean et de Fahrenheit 212) lui permet de se renforcer sur une cible dépassant de loin l'univers IT.

Couvrir toutes les dimensions du digital

Au sein de LiquidHub, on relève aussi la présence d'une activité d'agence digitale (Liquid Marketing) taillée pour opérer des campagnes marketing complexes pour des marchands. Va-t-elle être étendue à d'autres zones géographiques de Capgemini ? "Le marché nord-américain est suffisamment important pour cette activité. Le premier objectif va être de faire jouer les synergies entre LiquidHub et nos activités aux Etats-Unis, notamment en termes de vente croisée", indique sur ce point Paul Hermelin.

Et Jonathan Brassington d'ajouter : "La logique de LiquidHub est de proposer un pool de profils de compétences combinant toutes les dimensions du digital : conseil en analyse stratégique, volet métier, design créatif, définition d'architectures techniques, data science... Ces profils peuvent être proposés à la carte en fonction des besoins du client." Et quoi de mieux qu'une telle couverture, de bout en bout, pour intégrer de futures acquisitions. 

A lire aussi 

Annonces Google