Secteur IT : vers une croissance nulle en France sur 2009 L'aide publique est jugée trop faible

Tant du côté de l'Afdel que du Syntec Informatique, on fustige l'action publique actuelle, estimant que le numérique est l'oublié du plan de relance de Patrick Devedjian, le nouveau ministre du non moins nouveau ministère de la relance.

"L'économie numérique est le grand absent du plan de relance. Par ailleurs, ce plan de relance s'avère très défensif, et ne prépare pas à la sorite de crise", assène Jean Mounet du Syntec Informatique. "L'heure est grave. Nous n'avons pas vécu une telle récession depuis 50 ans, des entreprises vont disparaître. Il faut un volet numérique, pour pouvoir travailler immédiatement comme dans cinq ans", ajoute t-il.

"Ce plan de relance est plus un plan de sauvetage qu'un plan de relance véritable. Il règle des sujets immédiats mais ne prépare pas le futur. Nous voulons un plan de relance par l'innovation, et non par la relance ou l'investissement" complète Patrick Bertrand, de l'Afdel.

Le Syntec et l'Afdel dubitatifs

Concernant le Plan Numérique 2012 d'Eric Besson, le Syntec est là encore dubitatif. "C'est un premier pas, mais rien ne s'est passé depuis. La nouvelle ministre est concernée [ndlr. Nathalie Kosciusko-Morizet], mais pour l'heure, nous n'avons pas vu l'ombre d'un financement et peu de gouvernance" termine Jean Mounet.

 

Nathalie Kosciusko-Morizet