Les solutions innovantes contre la somnolance au volant

Les accidents de la route en France sont en hausse : parmi les causes, la fatigue et la somnolence au volant qui sont les facteurs de risque les plus importants.

Entre décembre 2016 et novembre 2017, ont été recensés 58 984 accidents corporels et 78 135 victimes sur la route. Cela représente, comparé à l’année précédente sur la même période, 1 527 accidents en plus (+2.7%) et 2 217 victimes supplémentaires (+2.9%). Des chiffres bien trop alarmants pour ne pas réagir. Des études démontrent que 27% des accidents mortels sont dus à la somnolence et à la fatigue 2. Ils représentent les deux principales causes de décès sur la route, devant la vitesse et l’alcool.En effet, un quart des français se plaignent du manque de sommeil et 62% d’entre eux déclarent souffrir de troubles du sommeil. Cela pourrait venir, entre autre, de l’utilisation massive des nouvelles technologies (aussi bien sur le lieu de travail qu’au domicile le soir), qui détériorent la qualité du sommeil. 

Ainsi, le manque de repos entraîne de multiples conséquences néfastes, notamment sur la santé. Les usagers de la route ont souvent du mal à évaluer ce risque et ses conséquences. La conduite en état de fatigue est l’un des comportements les plus risqués au volant et sa dangerosité est sans doute encore sous-estimée. La plupart des automobilistes pensent connaître les solutions pour lutter contre l’endormissement au volant, mais peu savent que la sieste est le seul moyen efficace de lutter contre ce fléau.
Beaucoup de prévention, peu de solutions
En France, il y a actuellement 366 aires de service et 637 aires de repos 5. Seuls 19 hôtels sont installés sur ces espaces. Cela s’explique notamment par un environnement pas du tout adapté à l'exploitation hôtelière. Petit à petit, la France et ses acteurs prennent conscience du danger que représente la fatigue au volant et de l’impact que cela peut avoir sur les automobilistes. Plusieurs initiatives émergent mais cela reste très en lien avec la prévention : très peu de solutions adéquates et pérennes.En effet, la France met en place de nombreuses campagnes de sensibilisation aux dangers de la route mais la somnolence reste peu représentée, notamment face au manque d’études précises sur le sujet. 
Aujourd’hui, un certain nombre d’acteurs privés essaient de mettre en place différentes solutions, à leur échelle. Afin d’apporter des réponses concrètes, au-delà de la stricte prévention. Pour exemples, certains constructeurs automobiles se sont lancés dans le développement d’options permettant de détecter les premiers signes de fatigue. Cela reste encore conceptuel et en cours de développement. Il apparaît également de plus en plus d’objets connectés qui sont conçus pour prévenir le conducteur, dès l’apparition des premiers signes de fatigue. Toutes ces évolutions sont encore peu abordables et destinées à une cible réduite mais pourraient devenir à terme l’une des meilleures réponses pour lutter contre la somnolence au volant. Ensuite, d’autres entités comme des associations, fondations ou encore grandes entreprises de divers secteurs, mettent en place des actions spécifiques. Ces dernières restent ponctuelles et bien souvent lors d’occasions particulières, tels que les départs en vacances. 

Notre société est en constante évolution : la transformation digitale, couplée à l’essor des nouvelles technologies, permet d'imaginer de nouvelles solutions. Des entreprises françaises et notamment des start-up s’intéressent fortement à ce fléau. En parallèle, ils s'efforcent d'apporter leur soutien et leur aide en développant des solutions innovantes et pertinentes pour y remédier. Ainsi, ils deviennent des acteurs majeurs dans la participation à l’amélioration de la qualité de sommeil des français. A l’heure actuelle il est recensé des initiatives intéressantes à l’instar de micro-hôtels technologiques pour garantir une sieste optimale et à vocation d’être installés sur les aires d’autoroute, des lunettes connectées pour prévenir la somnolence ou encore des applications pour rester éveillé.

Présentement, il en ressort un fort développement en terme de prévention mais les solutions se font rares. De nouvelles prises de conscience sont cependant notables et chacun y met du sien pour contrer ce fléau qu’est la somnolence au volant. Cela prend du temps, mais comme l’indiquent les chiffres, il faut agir rapidement. Il est nécessaire aujourd’hui de faire bouger les choses afin de constater au plus vite un impact considérable sur les chiffres alarmants liés à la sécurité routière.

IoT / Mobilités

Annonces Google