CES 2019 : overdose de French Tech à Las Vegas

CES 2019 : overdose de French Tech à Las Vegas D'une taille disproportionnée, la délégation française envoyée cette année au CES brouille le message que l'Hexagone souhaite envoyer à la communauté tech mondiale.

Cette année au CES, l'Eureka Park a pris des airs de basse-cour. Impossible dans ce bâtiment du CES où sont regroupées les start-up de manquer le coq rose de la French Tech, placé au-dessus du stand de chaque entreprise tricolore, et qui a monopolisé plusieurs allées entières. Au point que "la France est la risée du CES", nous a confié un entrepreneur français croisé sur le salon. Difficile de lui donner tort. Car passée la démonstration de force, on déchante rapidement face aux nombreuses start-up dont on peut franchement douter de la pérennité, et qui présentent des gadgets qui auraient davantage leur place au concours Lépine, car souvent éloignés de produits pensés pour des besoins et un marché. Par charité, nous tairons leurs noms, de toute manière trop nombreux pour être tous cités.

Plus de start-up que les Etats-Unis

La France a toujours envoyé beaucoup de start-up au CES. Ce qui permet à Business France de s'enorgueillir chaque année dans un communiqué du fait que l'Hexagone fournit le plus gros contingent étranger de start-up à Las Vegas. Comme si la quantité était un gage de qualité. Mais cette année, l'absurdité a atteint un nouveau niveau : la France a lâché dans l'Eureka Park plus de start-up que les Etats-Unis, pays hôte du salon, cinq fois plus peuplé et premier marché technologique occidental. En tout, 381 jeunes pousses tricolores ont fait le déplacement.

En plus des 26 start-up sélectionnées par Business France, les régions françaises ont invité à leurs frais 160 autres entreprises

Alors, comment la France fait-elle pour envoyer davantage de start-up qu'un pays qui en compte bien plus qu'elle ? Elle subventionne et ratisse large. Car en plus des 26 start-up sélectionnées par Business France, les régions françaises ont invité à leurs frais 160 autres entreprises, elles-aussi rangées sous la bannière French Tech. Avec, au vu de certains choix, peu de regard pour la qualité, mais plutôt une volonté de dépenser tout leur budget pour soutenir des acteurs de leur territoire, quels qu'ils soient. En ajoutant d'autres organismes financés par des capitaux publics, près de 75% des start-up françaises présentes cette année au CES le sont grâce à des fonds publics. Pour compléter le tableau, n'oublions pas le secteur privé et ses grands groupes. Certains d'entre eux, à défaut d'avoir des innovations à proposer eux-mêmes, s'entourent de start-up (avec lesquelles ils ne travaillent parfois même pas), afin de s'offrir un verni "tech".

Dommage pour les véritables pépites françaises de la délégation qui, diluées par la médiocrité de certains de leurs pairs, perdent en visibilité auprès de clients et investisseurs potentiels. A vouloir voir trop grand, la France brouille le message qu'elle souhaite adresser à l'écosystème tech mondial. Pas sûr que le visiteur étranger de passage sur les travées françaises en ressorte avec un souvenir impérissable.

Suivez le CES avec le JDN

 

Autour du même sujet

CES 2019 : overdose de French Tech à Las Vegas
CES 2019 : overdose de French Tech à Las Vegas

Cette année au CES, l'Eureka Park a pris des airs de basse-cour. Impossible dans ce bâtiment du CES où sont regroupées les start-up de manquer le coq rose de la French Tech, placé au-dessus du stand de chaque entreprise tricolore, et qui a...

Annonces Google