Conext 2015 : Quand la grande distribution présente ses prototypes

File d'attente sur mobile, géoréférencement, chaussure connectée... Découvrez les innovations présentées sur Conext 2015 par les enseignes de distribution.

Cette année encore, le lieu le plus couru du salon Conext, à Lille, était l'espace New Shopping Experience 6.0 du Picom. Le pôle de compétitivité des industries du commerce y présentait une sélection de "proofs of concept" développés par des grandes enseignes de distribution en collaboration avec des start-up. En voici une sélection.

Accélérer le picking grâce à l'ultra wide band

Insiteo utilise la technologie ultra wide band pour mettre la géolocalisation au service d'Intermarché. Emettant à une puissance très faible (sans perturber les réseaux existants), quatre émetteurs à l'extrémité de chaque allée permettent de localiser un petit capteur avec une précision de 30cm et en 3 dimensions. Ce qui permet de nombreux usages. Premièrement, accélérer et abaisser le coût du picking en rayon pour les commandes drive, grâce à un capteur accroché au bracelet des collecteurs, qui leur permet, sur leur tablette ou smartphone, de voir s'afficher en 3D le parcours de picking optimal puis leur main s'approcher du produit à saisir. "On sait ce qu'ils saisissent et on peut guider leurs gestes, explique Arnaud Masson, fondateur d'Insiteo. On peut aussi imaginer que le bracelet vibre si le produit est le bon et vibre différemment sinon. Et nous apprenons à interpréter les gestes, par exemple celui d'hésiter ou de reposer un article sur l'étagère". Deuxième utilisation : placer le capteur dans un pistolet employé pour scanner les produits, ce qui les géoréférence du même coup, toujours en 3D. Autre utilisation encore : accoler des capteurs aux caddies pour voir les flux de trafic dans le rayon, les points chauds, les lieux d'attente ou de passage rapide… "Bref, des choses qu'on ne peut faire avec des beacons", conclut Arnaud Masson. Un premier test débutera dans quelques semaines dans un Intermarché toulousain.

Le point rouge dans la vue 3D représente le capteur attaché au poignet du collecteur © F.Fauconnier / JDN

Confier à son mobile la corvée de la file d'attente

Keyneosoft et Stimshop ont imaginé pour Bricomarché une solution pour rendre supportables les files d'attente en magasin. En un mot, elle consiste à laisser son mobile faire la queue à sa place. Dans l'application Bricomarché, est inséré un onglet "Smartpass" qui permet d'indiquer le numéro du ticket que l'on vient de retirer (physiquement). L'utilisateur voyant sur l'appli qu'il y a dix personnes devant lui, il peut continuer ses courses dans d'autres rayons. "L'application met à jour la file d'attente avec le temps d'attente estimé, puis lui envoie une alerte avec sonnerie pour indiquer c'est bientôt son tour, puis que c'est son tour, explique Emmanuel Gourlet, directeur commercial de Keyneosoft. Ainsi, le visiteur a gagné 10 minutes de temps de shopping et ne s'est pas énervé." Pour cela, le dispositif utilise la sono du magasin, qui diffuse par ultrason le numéro actuellement servi dans la file d'attente. Le smartphone (quel que soit son fabricant) reçoit ce numéro et l'application en déduit toutes les informations à fournir à l'utilisateur. "Avec l'intérêt non négligeable qu'aucun déploiement matériel n'est nécessaire, tandis qu'avec d'autres technos il aurait fallu plusieurs boîtiers", souligne Thibaud Fayard, directeur marketing de Stimshop. Ce prototype est actuellement testé dans un magasin Bricomarché.

Les étapes successives de la file d'attente déportée sur mobile grâce aux ultrasons © Keyneosoft / Bricomarché

Configurer une salle de bain grâce à de la véritable 3D

C'est pour Leroy Merlin que Les Pieds dans le Plan et Creative Space Lab ont conçu le configurateur de salle de bain présenté sur Conext 2015. Les magasins de l'enseigne disposent déjà d'ordinateurs en libre-service dotés de configurateurs de pièces de la maison, fonctionnalités aussi présentes sur le site marchand pour préparer son projet chez soi avant de se rendre en magasin. Cependant, positionner les éléments sur un écran 2D est parfois malaisé. "D'où l'idée d'une maquette à l'échelle 1/10ème posée sur un plan quadrillé, explique Guillaume Palamin, responsable des applications de Leroy Merlin. Le visiteur y positionne différents blocs représentant une baignoire, un lavabo, etc. puis observe la scène qu'il a créée via une tablette qui, en réalité augmentée, reconnaît ces blocs et leur donne leur apparence réelle." L'utilisateur peut alors se "décrocher" de la scène et personnaliser le sol et les murs, essayer d'autres meubles de la gamme, toujours en 3D, avant de demander un devis. L'enseigne est en train de statuer de tester ce configurateur dans un premier magasin en 2016. Si les résultats sont bons, elle n'exclut pas de le déployer dans ses 120 magasins français.

L'application reconnaît les blocs et les affiche sous l'apparence des meubles qu'ils représentent © F.Fauconnier / JDN

Piloter par une application la couleur de ses chaussures

L'une des stars du salon Conext 2015 était la chaussure connectée présentée par Eram, en partenariat avec Phoceis et Unistudio. Tout part d'un cas d'usage : une consommatrice arrive en magasin et cherche la paire de chaussures qui sera parfaitement assortie à la robe qu'elle a choisi de porter pour une occasion. Grâce à des bandes de textile intelligent en fibre optique et à l'électronique embarquée dans la semelle compensée, il est possible via une application de modifier la couleur de la chaussure. L'utilisateur peut choisir parmi une sélection de couleurs ou scanner lui-même celle qu'il désire voir reproduite par la chaussure. L'information est alors envoyée à la chaussure par bluetooth. "Pour ces quelques prototypes, la semelle a été faite à la main, souligne Tiphaine Chateigner, responsable marketing client et cross-canal d'Eram. Maintenant, nous allons vérifier l'intérêt des consommatrices pour les prototypes que nous enverrons à quelques boutiques, puis réfléchir à la meilleure façon d'industrialiser la production de semelles déjà creusées, pour qu'il n'y ait plus qu'à ajouter les bandes de textile." Pour l'instant, la luminosité des fibres optiques donne à la chaussure une touche disco pas facile à assumer en toutes circonstances. "Mais peut-être que dans 6 mois, aura été créé un tissu plus adapté, ajoute Tiphaine Chateigner. Nous sommes convaincus qu'il faut aller vers les objets connectés. Or ce sont peut-être les descendants de cette chaussure, qui resteront." D'autant que les usages possibles sont sans fin : motifs, adaptation à l'humeur, à la météo, à l'environnement et pourquoi pas des usages sociaux et ludiques…

L'application d'Eram permet de choisir ou de scanner la couleur de la chaussure connectée © F.Fauconnier / JDN

Faciliter les essayages en cabine

Instore Solution a créé pour Décathlon un dispositif destiné aux magasins de l'enseigne. D'abord, un grand écran tactile sur lequel le visiteur peut parcourir le catalogue Quechua, voir les fiches produits, les avis clients, les éventuelles vidéos et les articles suggérés en cross-selling, puis choisir une couleur et une taille. Interfacé en temps réel avec le site marchand, l'écran sait indiquer si le produit est disponible en magasin. Dans ce cas, s'affiche un bouton "Intéressé par ce produit ? Un vendeur vous l'apporte en cabine." Direction la cabine d'essayage, qui a détecté le tag RFID de l'article déposé par le vendeur et affiché la fiche produit sur un autre écran tactile. Là encore, le visiteur peut consulter tous les éléments de la fiche produit. Mais il peut également demander une autre taille ou un autre article. Le vendeur reçoit une alerte sur sa tablette ou son smartphone et confirme au client qu'il arrive avec l'article. "Enfin, il est possible d'ajouter la possibilité de finaliser l'achat, afin de capter la vente même en cas de rupture de taille", explique Stéphanie Berret, directrice associée d'Instore Solution. Le pilote conçu pour trois boutiques Morgan a déjà montré une augmentation du panier moyen, ajoute l'entrepreneuse. "De plus, ce type de dispositif transforme en partie le métier de vendeur et le valorise, en permettant à l'enseigne d'aller plus loin dans sa relation au client." A l'issue du salon Conext, Décathlon décidera s'il teste les deux écrans d'Instore Solution dans quatre de ses magasins.

Intéressé par ce produit ? Demandez à un vendeur de vous l'apporter en cabine © F.Fauconnier / JDN

 

Autour du même sujet