Gilt vendu 250 millions de dollars (seulement) aux grands magasins Saks

Le site américain de ventes événementielles, valorisé jusqu'à 1,1 milliard de dollars en 2011, n'a enregistré que 700 millions de dollars de ventes en 2014 et accuse toujours des pertes.

Gilt, qui avait été l'un des premiers à copier le modèle de Vente-privee.com aux Etats-Unis, en 2007, a été vendu à Hudson's Bay, le propriétaire canadien des grands magasins Saks Fifth Avenue. L'annonce sera officialisée aujourd'hui, révèle Re/code.  Son prix de vente n'est que de 250 millions de dollars alors que Gilt, qui a levé environ 300 millions de dollars au total, avait été valorisé jusqu'à 1,1 milliard de dollars en 2011. Ses derniers investisseurs ont donc jeté l'éponge et accepté de perdre beaucoup d'argent.

Il faut dire que Gilt s'est beaucoup débattu ces dernières années sur un marché extrêmement concurrentiel et aux marges très basses. De plus, les consommateurs américains se sont peu à peu désintéressés de ce type de deals, ce qui a d'ailleurs conduit Groupon à délaisser ce modèle. Et Gilt, qui avait un temps envisagé de s'introduire en bourse, n'en a finalement jamais pris le chemin, enregistrant moins de 700 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2014.

Aux Etats-Unis, les ventes flash n'ont été qu'une mode

Tout le secteur est d'ailleurs en recomposition. Son rival HauteLook a été racheté 270 millions par Nordstrom en 2011, époque où le marché des ventes flash était encore en hausse, et reste sur une bonne lancée. Mais son concurrent Ideeli s'est revendu à Groupon en 2014 pour 43 millions de dollars, comme Gilt bien en deçà de sa dernière valorisation. Zulily, site de ventes événementielles pour mères et enfants, s'est lui vendu à QVC pour 15% de moins que son prix d'introduction en bourse. Et aujourd'hui, Re/code révèle également que One Kings Lane, site de ventes flash de meubles et déco valorisé 900 millions de dollars il y a deux ans, cherche activement un repreneur pour 230 millions de dollars... mais ne pourra espérer plus que 150 millions. Bref, le temps n'est pas au beau fixe sur le segment et en particulier pour Gilt, qui au bout de sept ans n'est toujours pas profitable.

Hudson's Bay, qui de son côté fait face à une baisse des ventes de ses grands magasins et a, comme beaucoup dans la mode, pâti de l'excellente météo du troisième trimestre 2015, estime néanmoins pouvoir tirer profit de Gilt. Et notamment de sa marque bien établie et de sa forte présence dans les ventes sur mobile, canal sur lequel le retailer entretient de grandes ambitions. Maintenant propriétaire de Gilt, il est très possible qu'il le rapproche des magasins d'outlet Saks Off Fifth et y offre une présence physique au site de ventes événementielles.

Autour du même sujet