8 produits et services innovants présentés au NFR Big Show

Au milieu des exposants du Retail Big Show, la NRF rassemble dans son Innovation Lab une série de prototypes de produits et services innovants.

Pepper : "Hi Five !" © JDN

Qui fait sensation cette année sur l'Innovation Lab du Retail Big Show ? Incontestablement, les robots Pepper de la société française Aldebaran. De la taille d'un enfant de douze ans, ils sont déjà utilisés par Nescafé pour aider les clients à trouver le café de leurs rêves, par Carrefour pour accueillir les visiteurs et les interroger sur leur expérience à la sortie du magasin, par la SNCF pour donner les horaires de train dans certaines gares, ou encore dans les concessions Nissan au Japon pour fournir informations et comparaisons de véhicules en inspirant davantage confiance que des vendeurs commissionnés. Sur le NRF Big Show, ils font l'objet d'une démonstration en collaboration avec RobotLabs, qui leur a appris à scanner des QR codes. Le scénario est le suivant : le visiteur d'une boutique de mode présente sa carte de fidélité à Pepper, qui en extrait son profil (mensurations, historique d'achat…). Scanner le QR code de l'étiquette d'un article permet alors à Pepper d'en afficher la fiche produit et d'adresser ses recommandations. Peut-être une taille plus petite vous conviendrait-elle mieux. Et peut-être que la coupe de tel autre chemisier sera plus flatteuse. En outre, le gentil robot regarde les visages et sait déterminer le genre et l'âge, mais également interpréter les réactions des visiteurs. Informations que le magasin peut utiliser en temps réel pour mieux guider le client ou analyser au bout d'une semaine ou d'un mois. Bref, Pepper se transforme peu à peu en véritable outil de CRM.

Une clé de voiture réalise un paiement NFC © JDN

Mastercard, dont plusieurs services sont en démonstration sur l'Innovation Lab, présente notamment une technologie permettant à n'importe quel objet d'être transformé en moyen de paiement. Clé de voiture, bague, lunettes de soleil, vêtement… un petit circuit intégré est inséré et permet de réaliser un paiement en NFC par Apple Pay. Selon la quantité d'électronique qu'on souhaite mettre dans l'objet-wallet, les informations de paiement seront stockées sur le circuit intégré ou dans le cloud. Dans les deux cas, l'application associée permet de désactiver à distance la fonction de paiement de l'objet, pour que personne ne puisse payer avec les lunettes de soleil qu'on vient de vous voler.

Dans un genre totalement différent, Mastercard analyse géographiquement les transactions réalisées par ses porteurs de carte pour afficher sur un plan, zone par zone, un certain nombre d'indicateurs : le montant des ventes réalisées, le panier moyen des achats, le nombre de transactions, la stabilité/saisonnalité, la croissance des ventes… Il est ainsi possible de considérer une ville en visualisant le niveau de ces indicateurs pâté de maisons par pâté de maisons. On peut également filtrer ces résultats par catégorie de produits. Et par exemple en déduire où ouvrir son prochain magasin. Des brokers, foncières et promoteurs immobiliers utilisent déjà cet outil, dont le lancement officiel est prévu pour le premier trimestre 2016.

Combien Los Angeles dépense, bloc par bloc © JDN
Le siège-bébé pour auto de 4moms © JDN

Du côté des produits innovants, on trouve un siège-bébé créé par 4moms pour s'installer dans une voiture facilement et de façon totalement sécurisée. Selon la start-up, en voiture, 75% des sièges-bébé sont mal fixés. Les parents n'hésitent pas à les caler à la va-vite avec un vêtement roulé, ou encore n'ont pas envie de lire le manuel. L'application mobile de 4moms permet d'abord, en scannant le numéro d'identification du véhicule sur la porte intérieure, de déterminer de quel type de voiture il s'agit et les recommandations d'installation lui correspondant. Lorsque le smartphone est placé sur le plancher, l'app récupère également l'inclinaison de la voiture, qui est peut-être garée en pente. L'utilisateur sangle alors la base du siège, qui ajuste elle-même sa hauteur et la tension des sangles en fonction des recommandations communiquées par l'application. Il est temps d'y fixer le siège, dont l'électronique vérifie les lanières, la hauteur, la tension et la batterie de la base. Cette vérification est réalisée toute les dix secondes et s'affiche sur un petit écran. Le siège de 4moms entrera en production dans les semaines à venir pour une commercialisation à partir de juillet, chez des distributeurs spécialisés tels que BuyBuyBaby. Et pour la modique somme de 499 dollars, les bébés seront en sécurité et la tranquillité d'esprit des parents (qui ont la flemme de lire les manuels) sera assurée.

Le PoloTech de Ralph Lauren © JDN

Dessiné par Ralph Lauren, le t-shirt PoloTech fonctionne avec un iPhone ou une Apple Watch. Des fibres d'argent, cousues directement dans le tissu, captent le rythme cardiaque, la respiration, ainsi que d'autres données envoyées à l'application grâce à un petit émetteur bluetooth. Riche de ces informations, l'appli fournit à l'utilisateur ces indicateurs biométriques et des programmes d'entraînement sportif personnalisés.

A New York, on n'est jamais bien loin d'une imprimante 3D. Sur l'Innovation Lab, on croise donc des vêtements fabriqués avec cette technologie par la créatrice Iris von Herpen. Des vêtements "qui ne ressemblent pas du tout à des vêtements" et sont, assez logiquement, portés par aussi bien par Lady Gaga que par Beyoncé.

Une brassière imprimée en 3D par Iris von Herpen © JDN

Au Retail Big Show, même les poupées Barbie sont connectées. Hello Barbie utilise une technologie de reconnaissance vocale et le wifi pour interagir avec les enfants. Elle leur raconte des histoires, joue avec eux et – raffinement ultime – rit à leurs plaisanteries. Concrètement, elle enregistre les paroles de l'enfant et celles-ci sont analysées par un logiciel qui fournit à la poupée une réponse elle-aussi en langage naturel. Un mini-scandale a éclaté lorsqu'un chercheur en sécurité a démontré que Hello Barbie était piratable facilement. Gare aux hackers qui prennent le contrôle de son système d'information et de son haut-parleur !

Hello Barbie comprend et répond en langage naturel © JDN
Le bracelet intelligent de Rebecca Minkoff © JDN

Enfin, pour les femmes qui ne mettent pas leur smartphone dans leur poche comme les hommes mais ne veulent pas non plus rater d'appels ou de notifications, Rebecca Minkoff a conçu un bracelet connecté. Celui-ci communique avec le smartphone (par exemple resté dans le sac à main) et vibre lorsqu'un SMS ou un appel arrive en provenance d'un des 25 contacts pré-sélectionnés. Le pure player Ringly proposait déjà un tel service avec ses bagues qui vibrent et changent de couleur, mais c'est la première fois qu'une marque de luxe s'approprie le concept… et le couvre d'or.

Retail / Flashcode