e-Marchands : comment profiter de la manne Google Images

Cdiscount tire 12% de son trafic de la recherche de visuels et Amazon 7%. Pour faire aussi bien, quelques optimisations s'imposent.

En France actuellement, Google Images engrange chaque mois 22 millions de visiteurs. Une population en croissance de 30% sur un an, qui utilise de plus en plus cette déclinaison du moteur pour rechercher des produits. Elle aurait tort de ne pas le faire : une requête "basket rouge femme" ou "fauteuil cuir vintage" fait remonter des centaines de visuels, à la manière d'un comparateur géant qui ne s'embarrasserait pas de texte inutile. L'auto-complétion de Google Images montre d'ailleurs combien ces recherches sont réalisées avec une intention d'achat : les principales suggestions ressemblent en tous points aux filtres d'un site marchand.

Top 5 des sites marchands recevant le plus de trafic de Google Images en France
Site Part du trafic sortant de Google Images
Amazon 5%
eBay 4%
Cdiscount 3%
Aliexpress 2%
Etsy 1%
Leboncoin 1%

Certains e-commerçants ne s'y trompent pas. Les deux requêtes ci-dessus font apparaître de nombreuses images provenant par exemple de Cdiscount et d'Amazon. L'analyse de leurs sources d'audience le confirme : Cdiscount tire 12% de son trafic web fixe de Google Images ! Chez Amazon, l'apport est moindre mais les 7% qu'il lui envoie pèsent tout de même lourd sur une audience aussi colossale. A l'inverse, le trafic sortant de Google Images alimente bon nombre de marchands. 5% de ses visiteurs vont directement sur Amazon, 4% sur eBay, 3% sur Cdiscount, 2% sur Aliexpress (le site occidental du chinois Alibaba) et 1% sur Esty et Leboncoin.

Travailler le SEO des images des fiches produits

Les marchands ont donc tout intérêt à optimiser leur site pour bénéficier de cette manne. Ce qui consiste avant tout à travailler le référencement naturel sur Google Images des visuels de leurs fiches produits, puisque ce sont eux qui sont indexés.

Sandra Boyer, chef de projet webmarketing au sein de l'agence SEO et SEM Blog Ecommerce, recommande d'abord de privilégier le format JPEG et d'optimiser les dimensions et le poids des images des fiches produits. "Elles doivent faire au minimum 700 pixels de largeur, mais leur poids ne doit pas dépasser 400 Ko. Pour cela, on peut jouer sur la résolution, puisque sur le Web, 72 dpi suffisent. Dégrader la qualité de l'image permet d'en mettre de plus grandes, ce qui peut être nécessaire sur certains types d'articles – de mode par exemple – dont on souhaite montrer les détails." Il est également important de bien nommer les images, de façon à ce que les noms contiennent les mots clés utiles. Par exemple : tapis-oriental-assouan.jpg.

Il faut aussi renseigner l'attribut "alt" des images. "Cet élément est une alternative textuelle des images et demeure l'un des leviers les plus importants pour faire ressortir une image sur un mot clé, explique Sandra Boyer. Pensez donc à y intégrer les mots clés sur lesquels vous souhaitez voir votre image remonter. Privilégiez toutefois les requêtes courtes aux phrases et ne renseignez ces éléments que sur les images de produits".

Déréférencer les articles indisponibles

En ce qui concerne l'hébergement,  il convient de bien réfléchir à la place du dossier Images pour ne plus le bouger ensuite. "Un changement sauvage de dossier en cours de route peut engendrer une perte de trafic non négligeable", met en garde Sandra Boyer, citant le cas classique d'une refonte de site. Mieux vaut d'ailleurs ne pas multiplier les niveaux d'arborescence des dossiers d'images afin d'éviter, lors de futures évolutions, que les chemins d'accès ne soient plus reconnus.

A éviter : le produit qui se révèle indisponible © Maisons du Monde

Une autre optimisation fortement conseillée : créer un sitemap unique pour les images et le soumettre dans la Google Search Console (la nouvelle version des Google Webmaster Tools). Les robots de Google Search et de Google Images l'interpréteront comme un signe très positif qui sera pris en compte dans les rankings.

Par ailleurs, les sites à forte audience pourront héberger leurs images sur un Content Delivery Network, afin de gagner en bande passante et en rapidité d'affichage. "Attention toutefois à vérifier que les bonnes URLs sont transcrites dans votre sitemapimage", précise Sandra Boyer. Dans le cas contraire, l'indexation sera toujours réalisée mais l'optimisation du sitemap ne sera pas prise en compte.

Enfin, obtenir un bon référencement sur Google Images ne suffit pas. Encore faut-il que le visiteur, lorsqu'il clique sur l'image et se retrouve sur une fiche produit, ne se casse pas le nez sur un article indisponible. De préférence, déréférencez la page. Et au minimum, suggérez d'autres articles en remplacement. Cette audience a envie d'acheter, il serait dommage de l'en dissuader !

 

Et aussi :

 

Google / Amazon