L'abandon du catalogue papier des 3 Suisses coûtera 198 postes

Pour passer au tout-Internet et renouer avec la rentabilité d'ici 2016, le groupe 3SI envisage de supprimer 198 postes sur les 409 que compte 3 Suisses France.

La réorganisation entamée par le groupe 3SI depuis son rachat en septembre 2013 par son homologue allemand Otto passe la vitesse supérieure. 3 Suisses France avait pris il y a quelques semaines la décision d'abandonner son catalogue papier pour passer à 100% sur Internet. La restructuration qui en résulte a été annoncée ce 10 avril. Le groupe 3SI indique envisager de supprimer 198 postes sur les 409 que compte sa filiale.

3 Suisses France a perdu 62 millions d'euros en 2013 et un total de 300 millions depuis 2008. Le catalogue pèse encore 20% de ses ventes, mais cette activité n'est plus rentable. En passant au tout-Internet, la société espère revenir à l'équilibre en 2016, puis engager un plan de croissance qui la hisserait au rang de leader français de la mode et déco sur Internet. "Dans un contexte de concurrence exacerbée et d'européanisation grandissante du marché du e-commerce, 3 Suisses a pris le parti de réinventer son modèle économique afin d'apporter à ses clientes une réponse plus pertinente en termes de renouvellement fréquent des collections et de réactivité sur les prix", indique-t-elle dans un communiqué.

L'e-commerçant ajoute qu'il s'appropriera désormais les pratiques des meilleurs pure players du marché, par exemple en offrant la livraison en point relais pour toute commande supérieure à 49 euros. En outre, il désire mettre fin à sa politique de réductions et de prix discountés : 'le prix proposé sera le juste prix tout de suite". Le projet de 3SI prévoit enfin qu'une direction e-commerce et marque soit créée, et que soient cédées ou transférées les activités non e-commerce de 3 Suisses France : 3 Suisses Entreprises et l'activité d'Editions-Impressions. L'enseigne conclut qu'elle reprendra la parole dans les médias à la rentrée prochaine pour dévoiler son nouveau positionnement.

3 Suisses / Rentabilité