Fifty-Five se lance au Royaume-Uni et à Hong-Kong pour de bon

fifty-five Royaume-Uni Hong-Kong L'agence spécialisée dans la data nomme deux nouveaux directeur généraux pour ses filiales locales. Elle espère réaliser 30% de son CA à l'international.

L'agence spécialisée dans la data, Fifty-Five, s'internationalise après 5 ans d'activité dans l'Hexagone. L'agence fondée par Mats Carduner (ancien patron de Google France) ouvre ainsi un bureau à Hong-Kong et annonce l'arrivée de Rob Fenton à la tête de la filiale londonienne qu'elle a ouverte l'an dernier. Objectif pour Fifty-Five : accompagner au mieux ses clients sur ces marchés porteurs et élargir son portefeuille de clients, en Chine et au Royaume-Uni. "Aujourd'hui 75% du chiffre d'affaires que nous réalisons est fait globalement, pour des clients français ou étrangers", explique Mats Carduner, rappelant que "le métier de l'analyse et de l'activation de data est un sujet universel".

A la tête du bureau londonien, Rob Fenton s'appuiera sur une équipe qui doit atteindre la vingtaine de personnes d'ici à fin 2015 et aura pour mission d'élargir un portefeuille qui compte déjà de clients tels que Vivastreet, JD Sports ou encore Renault. Cet ancien de Razorfish (agence rachetée par le groupe Publicis) devra composer avec marché très avancé et concurrentiel, même si Mats Carduner espère que "la promesse de Fifty-Five, qui couvre toute la chaîne de valeur de la data, depuis la collecte jusqu'à l'activation via le média, doit lui permettre de se démarquer". 

Spécialiste du retail et de l'e-commerce et ancien directeur du Founder Institute, incubateur de start-up situé à Londres, Cédric Delzenne aura lui une mission quelque peu différente, à la tête du bureau de Hong Kong. "La Chine est le plus gros marché Internet au global, avec une croissance sans commune mesure, note Mats Carduner. Il nous faudra apprendre d'un écosystème local très complexe et beaucoup plus avancé sur les sujets du mobile et du social". Dans le viseur de l'agence : une clientèle d'entreprises locales mais également des multinationales déjà clientes qu'il faudra accompagner dans leurs activités data, marketing et média sur place.

Alors que Fifty-Five espère cette année réaliser près de 30% de son chiffre d'affaires à l'international, Mats Carduner n'envisage pour le moment pas de lancement aux Etats-Unis. "Le marché nous intéresse bien sûr, plaide-t-il. Ce sera surtout une question de temps et de financement."

Autour du même sujet