Du multimedia à l'ubimedia

La révolution ubimedia amène un nécessaire basculement de vision et une ré-intérrogation de nos stratégies de communication, de collaboration, de vente et de production. Voyons ce que recouvre cette notion et ses implications.


Notre environnnement numérique évolue vite, très vite. Il évolue dans l'espace, il évolue dans les interfaces, il évolue dans les esprits. La révolution ubimedia est bien là : le multimedia est partout, omniprésent, multiforme, convergent, mobile, tout terrain.

Le père du concept d'ubimedia, Adam Greenfield, voit l'informatique s'intégrer dans nos vêtements, nos objets, nos habitats de façon à devenir transparente, permanente. Aucune sphère de notre vie quotidienne n'échappe à ce phénomène: relations amicales, professionnelles (géolocalisation de mes contacts favoris), consommation (viralité, campagne mobile), connaissance et culture, relation client et relation aux marques.

Comme le dit Elie Semoun dans son sketche parodiant des jeunes devant Facebook, MSN et autres canaux relationnels: "J'ai plus d'électricité, j'ai plus d'amis !".

La révolution de l'ubimedia, c'est aussi la nécessité de penser des dispositifs d'interactions pour lesquels le site web est le maillon fédérateur, mais ne se suffit plus à lui-même; que ce soit en interne à l'entreprise (portail collaborateur) ou à destination du marché et ses cibles (portail web), une stratégie ubimedia doit permettre de fédérer des moyens, par le biais d'outils et interactions, en maîtrisant la compréhension du contexte et des besoins d'utilisations.

Un vrai challenge, quand les dispositifs de communication s'autonomisent de la volonté de l'utilisateur pour fonctionner par détections de lieu, de statut, d'humeur et par autonomatismes.

Définitivement, le PC n'est plus le seul moyen d'accéder à internet !

Autour du même sujet