7 méthodes pour obtenir un budget décent pour un projet Internet

Le quotidien de beaucoup de responsables Web semble être de lutter pour obtenir des budgets décents. Voici quelques méthodes pour éviter d'afficher une présence Internet totalement dépassée.

1.    Communiquer (inlassablement) en interne. La connaissance d'Internet est très hétérogène. Si le temps où les seniors managers faisaient imprimer leur email par leur secrétaire est révolu, Internet soulève toujours un problème générationnel. Plébiscité par les jeunes générations, les réseaux sociaux ou le Web mobile restent, à titre d'exemples, encore loin d'être utilisés quotidiennement par les décideurs. En conséquence, le responsable Internet risque de prêcher dans le désert s'il ne prend pas soin de communiquer sans relâche.

2.    Valoriser l'impact d'Internet sur les ventes. Le web contribue clairement aux ventes en magasins ou dans les centres de contacts, mais comment mesurer cet impact ? "Avec une campagne de pub traditionnelle, les ventes augmentent de 12 % dans les 15 jours qui suivent l'exposition. J'ai du mal en revanche à mesurer l'impact d'Internet. L'effet est continu et diffus" nous a déclaré un responsable commercial. Plusieurs méthodes permettent d'estimer le chiffre d'affaires généré par le web, comme par exemple la création de coupons promotionnels diffusés uniquement sur Internet. La mise en place d'un outil de monitoring Web performant, branché sur les bases de données internes, permettra par la suite de mesurer plus précisément la valeur générée par le Web.

3.    Elaborer un business plan. Le web offre des retours sur investissements parfois spectaculaires, notamment quand il s'agit de réduire les coûts de gestion (dématérialisation des factures, services en ligne par exemple). Valoriser clairement ces gains permet de mobiliser les moyens qui seront nécessaires.

4.    Faire témoigner les Internautes. Avec un faible coût, les études en ligne permettent de mesurer le service rendu par le site aux clients ainsi que la contribution du canal à la vente et à la fidélisation. Chez un distributeur spécialisé, un questionnaire a permis de montrer par exemple que 45 % des visites sur le site Internet avaient pour but de préparer un achat en magasin. Le Web a du coup cessé d'être considéré comme un simple centre de coûts.

5.    Montrer du concret. Afin de former ses cadres supérieurs, une PME a ainsi organisé un séminaire d'une journée essentiellement consacrée à des travaux pratiques : création de blogs, utilisation de Facebook, formation aux techniques de base du Web. Selon le responsable Internet, l'attitude face au Web s'en est trouvée changée du jour au lendemain.

6.    Tester en lançant un pilote. Après avoir ouvert une boutique test sur eBay, une société industrielle a par exemple décidé d'accorder le budget nécessaire au lancement d'une boutique e-commerce. Les premiers résultats, limités mais encourageants, ont permis de balayer les objections du Directeur financier.

7.    Apporter une vision externe et benchmarker. Internet représente un vrai danger concurrentiel, celui de voir ses clients partir vers des sociétés qui utilisent efficacement ce canal. Il est important de matérialiser cette menace en suivant précisément l'avancée des concurrents sur le Net, notamment sur les points suivants : fonctions proposées, gammes de produits mises en vente, trafic, comparatif de référencement naturel. Ce levier s'avère très puissant pour mobiliser en interne.

Plus généralement, il est intéressant pour l'entreprise de découvrir d'autres manières d'aborder les technologies. Les échanges avec d'autres entreprises, des consultants ou des prestataires sont souvent l'occasion d'une prise de conscience. Quand il s'agit d'évoluer, les entreprises sont souvent plus attentives aux messages qui viennent de l'extérieur. Nul n'est prophète en son pays, c'est particulièrement vrai pour les responsables Internet et tous les porteurs d'innovation en général.

Autour du même sujet