Singuliers et Pluriels: une très étrange décision de l’ICANN

Alors qu’il va devenir de plus en plus difficile et couteux de protéger ses marques dans le programme des nouvelles extensions, l’ICANN vient d’autoriser les lancements d’extensions similaires au singulier “et” au pluriel.

Pour bien comprendre, cela signifie qu’une extension de nom de domaine telle .HOTEL devra cohabiter avec .HOTELS.

Une organisation s’impose

Pour une marque souhaitant se protéger, ou tout autre titluaire de nom de domaine, cela implique qu’il faudra penser à enregistrer 2 noms de domaine pour éviter la confusion. Par exemple, il sera confusant pour un internaute de trouver un site Internet différent à la saisie d’un nom de domaine avec et sans “s”.
N’oublions pas que très souvent, ce sont les moteurs de recherche qui font le choix du meilleur site Internet. Là encore, ne pas néglier d’enregistrer le même nom de domaine au pluriel permettra d’éviter bien des surprises...et lorsque votre nom n’est pas protégé, de fermer davantage la porte à ce Domaineur qui ne manquera pas de vous contacter pour vous revendre le nom de domaine...cher.
Pour aider à palier cela, il faudra donc faire attention à bien vérifier que l’extension de son choix, n’existe pas aussi...au pluriel. Voici quelques exemples de signes au singulier sur lesquels il faudra garder l’oeil: “car”, “tour”, “accountant”, “auto”, “hotel”, “coupon”, “game”...
En ce qui concerne la Trademark Clearinghouse - qui, rappelons-le, ne protège en aucun cas une marque inscrite mais est obligatoire pour participer à une période de Sunrise - peu de choses changent, le coût de l’inscription d’une marque est unique. En revanche, le coût d’enregistrement pour un nom de domaine en période de Sunrise au singulier ET au pluriel...double, sauf si les deux Registres sont différents dans quel cas, il y a bien deux coûts mais qui devraient être proches.

A qui profite cette décision ?

A part les prestataires de service divers qui gravitent autour de l’ICANN, et ils sont très nombreux, on se le demande. Pour un néophyte “qui paye” (“Titulaire de nom de domaine” ou  “Registrant”), il est déjà compliqué de suivre une période de Sunrise, puis de Landrush, puis d’ouverture au public. La nouveauté introduite par la Trademark Clearinghouse dans le programme des nouvelles extensions n’aide pas non plus car, non seulement  il faut la comprendre, mais elle impose une rigueur supplémentaire de suivi, et donc du temps, pour chaque ayant droit. Au delà du coût que cela ajoute au budget à allouer aux noms de domaine, on se demande à quel moment l’ICANN pense aux internautes.

J’aime à m'interroger si quelqu’un s’est posé la question suivante à l’ICANN : “mais les internautes, vont t-ils s’y retrouver ?”. En tant qu’utilisateur d’Internet, j’ai le sentiment d’être le dernier servi. En tant que prestataire de service Internet, je me dis...non...ça, je ne vais pas vous le dire :-)

Je profite de cette chronique pour saluer le Maire de Tours que je félicite pour la rénovation de son centre dramatique régional. Je ne manquerai pas de visiter ce magnifique bâtiment lors d’une venue prochaine.

Autour du même sujet