2014 : une année majeure pour le marketing numérique

Si le marché entre dans une phase de maturité, expérimentations et innovations vont continuer à se multiplier obligeant les professionnels à adapter sans arrêt leur modèle économique.

En ce début d’année, il est de coutume d’essayer d’entrevoir quelles seront les grandes tendances économiques, technologiques, voire politiques qui vont se dégager dans les prochains mois.
Le marketing digital n’échappe pas à cette règle. Certes, il est toujours délicat de faire des prévisions sur un secteur où la vérité d’hier n’a plus cours aujourd’hui et qui a connu ces cinq dernières années, une transformation incroyable. Une transformation poussée par l’explosion des terminaux mobiles, le très haut débit, la mise à disponibilité simple et peu coûteuse d’outils technologiques performants (merci le cloud computing) et les changements de mode de vie induits par la crise économique.
Malgré tout, il est intéressant de se prêter à l’exercice sinon pour se rassurer ou du moins pour savoir anticiper.
Voici donc 10 prévisions qui pourraient bien avoir un impact fort sur le travail des marketeurs en 2014.
Commençons d’abord par une lapalissade : 2014 sera la continuité de 2013 !
A savoir que des phénomènes que nous avons observés l’année dernière (et même les années précédentes) vont perdurer ou se développer. Dans la première catégorie, on peut citer les cookies, ces petits morceaux de codes qui suscitent tant de controverses et dont certaines instances (association de consommateurs, régulateurs…) demandent régulièrement l’interdiction.
Que les marketeurs se rassurent : les cookies ne disparaîtront pas. Du moins pas tout de suite car ils continuent à jouer un rôle primordial dans les enchères en temps réel (RTB). Selon certaines sources,  le placement d'annonces en temps réel rapporterait chaque année un milliard de dollars à Facebook.

Un (télé)spectateur de plus en plus volatil

Parmi les tendances qui vont se confirmer, la plus marquante est sans doute l’accentuation de la fragmentation de l’audience et des équipements. Le rendez-vous télévisuel qui réunissait à un moment T plusieurs millions de téléspectateurs captifs appartient au passé. Désormais, le spectateur (qui est aussi acteur car il peut interagir dans l’émission par ses SMS ou ses twitts) possède plus d’écrans (et parfois en regarde plusieurs simultanément), visualise les programmes en temps réel ou en replay.
On comprend que pour les marketeurs, il s’agit là d’un challenge énorme car comment faire passer un message publicitaire dans un paysage aussi morcelé ?
Autre mouvement qui va prendre de l’ampleur : la publicité mobile. Sa présence est encore modeste car les professionnels du marketing ont du mal à en tirer le meilleur parti en identifiant de nouveaux modes d'interaction avec les consommateurs. Mais 2014 devrait marquer une recrudescence des publicités multimédias et des achats aux enchères en temps réel.
Parmi les autres tendances qui devraient se renforcer, j’en citerai principalement quatre : d’abord l’explosion du marché de la vidéo. 2013 a été extrêmement lucrative pour la publicité vidéo en ligne et le phénomène va encore s’amplifier dans les prochains mois si l’on en croit les prévisions des annonceurs nord-américains qui tablent sur des progressions à deux chiffres. Par ailleurs, une plus grande (et meilleure) place sera accordée au contenu marketing.
Beaucoup d’entreprises négligent encore cet aspect arguant que les clients s’intéressent d’abord aux produits. Mais c’est oublié que les clients sont devenus des conso-acteurs et qu’ils s’intéressent autant aux idées qu’aux produits.
Pour les services marketing, l’évolution devrait aussi être marquée par une accélération du décloisonnement tant interne qu’externe. Interne car le marketing numérique estompe les lignes de démarcation au sein de l’entreprise. Plus question de faire cavalier seul, le marketing numérique suppose une collaboration constante avec les responsables de la publicité, des réseaux sociaux, de la communication...
Enfin, externe car l’innovation ne peut se concevoir sans être en réseau. Avec le reste du monde mais aussi avec des experts d’autres domaines ou avec des jeunes pousses qui dans le monde du marketing numérique ont souvent une (bonne) longueur d’avance sur les grosses structures.

Publicité de flux et Big data arrivent en force

En revanche, on peut sans trop se tromper prédire que la publicité native - promise vraisemblablement à un grand succès car elle est personnalisée pour un internaute donné - ne pourra s’accommoder comme le pensent certains à une communication de masse et à des ventes de publicités automatisées.
Enfin 2014 devrait voir l’apparition de la publicité de flux qui permet le ciblage séquentiel des consommateurs (on diffuse une première publicité à un moment donné, puis éventuellement une seconde en fonction de la réaction du client à la précédente). Et aussi un renforcement de la collaboration entre les marketeurs et les DSI, les premiers ayant besoin de plates-formes de marketing numériques performantes notamment pour faire du Big Data.
On le voit, 2014 s’annonce riche, passionnante et pleine de promesses pour les professionnels du marketing digital. Des tendances fortes vont se confirmer, des expérimentations vont être menées - avec plus ou moins de succès -, des innovations vont apparaître… à vous de jouer maintenant et dans tous les cas, très bonne année.

Innovation / Réseaux sociaux