Le .CLUB : les chiffres sont là

La période estivale n’est pas celle où l’on achète un nom de domaine. La baisse des volumes d’enregistrements impacte la profitabilité des Registres lors de cette période impropre aux affaires. Pourtant, certains s’en sortent mieux que d’autres.

Un Registre?

Un Registre est le nom donné à la structure juridique qui gère une extension Internet. Tout comme il existe une société qui gère les noms de domaine “.com” et ses 128 000 000 noms de domaine enregistrés, il en existe une pour chaque extensions Internet. L’extension “.fr”, par exemple, est géré par l’AFNIC et le “.club”, par .Club Domains, LLC. Sans être incorrect, un Registre est une sorte de monopole qui récolte partie de l’argent dépensé lors de l’achat d’un nom de domaine chez un bureau d’enregistrement. Rien de plus normal: il faut bien financer la gestion technique de l’extension Internet pour que l’ensemble des noms de domaine ne cesse jamais de fonctionner. Il faut aussi payer pour son marketing et sa communication.

Vous avez dit monopole?

Nous aurions tendance à imaginer que le schéma de vente d’un nom de domaine, qui place le Registre au sommet de la pyramide des bureaux d’enregistrement accrédités, est forcément une garantie de succès commercial. Les chiffres actuels ne démontrent pas tout à fait cela. Si l’on peut tout de même dire que les nouveaux noms de domaine se vendent, ils se vendent bien moins qu’espéré par de nombreux Registres; sauf dans certains cas et tel est le cas du Registre pour les noms de domaine “.club”.

Pour bien comprendre

Le réseau de distribution des noms de domaine: les “bureaux d’enregistrement accrédités” est au nombre de 1000 environ, peut être plus aujourd’hui. Ce réseau est un passage obligé pour tout titulaire de nom de domaine car le Registre ne vend pas directement à l’utilisateur: il sert les “Registrars” (les bureaux d’enregistrement accrédités).Si l’on peut imaginer que cela est suffisant pour vendre des noms de domaine, le premier cycle d’appel à candidatures ICANN a démontré que tel n’était pas le cas car ,si il fait sens d’acheter un nom de domaine plus descriptif qu’un “.com”, le volume de nouvelles extensions lancées en même temps a tout simplement inondé le marché. Vous vous souvenez du lancement des noms de domaine en ”.eu”? Imaginez donc la même chose mais plusieurs centaines en même temps. Ainsi, au moment de faire le choix de l’achat d’un nom de domaine entre “.site”, “.website” et “.online”, beaucoup se sont demandés si cela était finalement bien utile.

Le .CLUB: un Registre qui “vend”

Saviez-vous que, dans le classement des 100 premiers Registres (en volume de noms de domaine enregistrés), le centième d’entre eux ne totalise que 20 000 enregistrements environ (source nTLDstats.com) et qu’il en existe plus de 1000 au total, dont certains ne sont pas encore lancés. Le .CLUB totalise à ce jour plus de 811 000 enregistrements.

Le Marathon de la rentrée

“Pour vendre, il faut courir” et cette rentrée n’a pas été des plus reposantes: conférences et événements, communiqués multiples et enchères sur trois continents différents. L’équipe marketing, qui compose la moitié des employés du Registre, et en action permanente: là semble être la clé du succès du .CLUB qui est cinquième d’un classement composé de plusieurs centaines de Registres.

Quelques exemples de sites:

http://golfdevire.club/ (club de golf)
http://www.205gticlassic.club/ (club automobile)
http://carct.club/ (club automobile)
https://ballejaune.club/ (programme de gestion de club de sport)
http://www.aflux.club/lassociation/ (club communautaire)
https://www.animalerie.club/ (club d’achat de produits pour animaux)
http://www.activium.club/ (club de fitness)
https://www.foiegras.club/ (club de Chef)
http://www.acmlv.club/ (club d’aviation)
http://www.bdtt.club/ (club de ping-pong)
http://belr.club/ (club de tennis)
http://beyondthepill.club/ (club de médecine)
http://fileauxvents.club/ (club de char à voile)

ICANN / Afnic